Un imam ougandais va être suspendu pour avoir épousé une femme qui, deux semaines après le mariage, s’est avérée être un homme. Selon le quotidien ougandais Daily Monitor, qui rapporte cette information, le cheikh Mohammed Mutumba a épousé Mme Swabullah Nabukeera récemment. Les deux s’étaient rencontrés à la mosquée de Kyampisi. Quelques temps plus tard, ils ont décidé de s’unir par les liens du mariage. Mais quatorze jours après avoir échangé les vœux, un premier problème s’est posé : Mutumba ne pouvait avoir de relation sexuelle avec son ‘’épouse’’. Celle-ci disait qu’elle avait ses règles. A son corps défendant, l’homme a accepté de patienter. Mais deux semaines après, toujours pas d’accouplement. A cause des règles. Le mari a commencé à se poser des questions. Et c’est pendant cette période d’attente qu’un incident va éclater.

En effet, le voisin de l’imam a accusé la nouvelle épouse de sauter par-dessus le mur mitoyen pour aller voler des vêtements et un téléviseur. Il a donc porté plainte à la police qui a aussitôt lancé une enquête. Une perquisition a été menée au domicile de l’imam. La nouvelle femme accusée présentait une apparence très suspecte. Ce qui a amené les policiers à la fouiller au corps. C’est là qu’ils vont faire des découvertes ahurissantes. D’abord, ils vont découvrir que sur la poitrine de l’accusé, il avait empilé des vêtements dans le soutien-gorge pour faire croire qu’il s’agissait des seins. Puis, en poussant plus loin, ils s’apercevront qu’à la place du sexe féminin, se trouvaient d’énormes organes génitaux masculins !!…

Au cours de l’interrogatoire, Nabukeera, la fausse femme, avouera qu’il est bien un homme. Il révèlera que son vrai nom est Richard Tumushabe et qu’il s’était déguisé dans le but de soutirer de l’argent à l’imam Mutumba. Il a été accusé d’usurpation d’identité, de vol et de tentative de soustraction de biens par usage de faux. La tante présumée de Tumushabe, a également été arrêtée pour complicité. C’est à elle que le mari avait payé la dot : deux chèvres, deux sacs de sucre, un carton de sel et un Coran.

Selon le régional Kadhi Sheikh Abdul Noor Kakande, la décision de suspendre l’imam vise à préserver l’intégrité de la foi.

  C. S

Laissez un commentaire