La partie festive de l’Abissa ou le Kunduma a pris fin ce samedi après sept jours de réjouissances au son de l’Edo Gbolé. Le Roi et la reine mère ont effectué leur deuxième sortie sous les hourras du peuple Nzema Kotoko, très heureux de revoir leur majesté le roi et la reine mère. Les sept familles : Alonhomba, Nvavilé (détentrice de l’Abissa), Adanwoulin, Ndjuaffo, Azanwoulé, Mafoulè et Ezohilé ont été présentées au roi et à ses invités, au premier rang desquels le vice-président de la République de Côte d’Ivoire, Daniel Kablan Duncan et Aka Aouélé, ministre de la santé et président du Conseil Régional du Sud Comoé. Les familles, avec leurs attributs et symboles, ont eu droit aux ovations.
Les Kominlin (animistes) ont exécuté des pas de danse en saluant majestueusement le roi et la reine.

La danse de la cohésion retrouvée entre les Nzema Kotoko a été réalisée par le groupe Kun èyèlè mèdan (Les enfants de l’union), juste après la critique sociale de Bassam et d’Azuretti. Ensuite, l’Edo gbolé et l’ensemble des tam-tams ont été renversés, marquant ainsi la fin de la partie festive de l’Abissa 2019 dont le début a connu des soubresauts et de l’émoi causés par l’inondation du quartier France. La procession rituelle de fin des danses est intervenue tard dans la nuit jusqu’à l’aube, suivie de l’Ewoudolè (cérémonie pour prendre congé de l’Afantchè, le génie de l’Abissa), du pardon et de la purification du peuple par un mélange d’eau, de kaolin et de mixture.
Le roi sera purifié ce dimanche matin par un bain de mixtures, avec la reine mère. C’est le début d’une nouvelle année qui commence chez les Nzema. Le peuple adressera ses vœux au roi et à la reine mère. Le roi, à son tour, présentera ses vœux et délivrera son message du nouvel an à son peuple dans l’après-midi. La fanfare va clore l’édition 2019 de cette fête annuelle.

Saint Simon 

Laissez un commentaire