Le défilé de la mode organisé par le musée national du costume de Grand-Bassam a révélé deux jeunes filles qui ont été vivement applaudies par les spectateurs à chacune de leurs apparitions. L’une s’appelle Alison Bonou, 26 ans et mesure 1m81. Elle ne dissimule pas sa joie d’avoir choisi ce métier de mannequin. «En plus, je gagne ma vie avec mes prestations. Je ne crains ni la concurrence, ni les obstacles », affirme-telle avec assurance.

Alison Bonou

Son rêve du métier a été rendu possible grâce un photographe qui l’a aidée à faire une série de castings ; ce dernier ayant décelé chez elle la taille et les atouts naturels pour intégrer le monde de la mode. C’est chose faite depuis 2016. Devenue professionnelle, elle ambitionne de se faire connaître en dehors de l’Afrique.

L’autre, c’est Lomé Lauraine Nguessan, 24 ans, 1m86. Une passionnée de la mode qui, dès son enfance, rêvait d’être mannequin. Même si cela n’a pas été facile de les convaincre, aujourd’hui, avec l’avis favorable de ses parents, elle s’est lancée. Précisément depuis trois ans, notamment, après l’obtention de son Bac A2. « Le mannequinat est un métier qui me fascine depuis longtemps, en voyant des gens comme Fat Touré, Line Jaber. Aujourd’hui, j’ambitionne d’aller au-delà de nos frontières, défiler en Europe, par exemple », dit-elle. Elle a remporté le prix de la tenue de la soirée en 2018 lors d’un concours de mannequins par une agence de modèles à Bassam.

Alison et Lauraine ont les mêmes ambitions de valoriser la culture africaine. Elles sont toutes les deux coachées par l’agence « Mannequins de Grand Bassam +225 ».

 

 

Lauraine N’Guessan

Saint Simon

Laissez un commentaire