Après la vidéo de son mari Aloys Youmbi Tsafack dit Dieu Cyclone qui l’a exposée sur les réseaux sociaux, la traitant de « femme infidèle, sorcière », les fans de Lady Ponce attendaient sa réaction. Pour sa défense. Mais, au lieu d’un long discours dans les médias, elle a répondu par une chanson qu’elle a intitulée Margouillat.

Et à écouter le morceau, le margouillat en question n’est autre que son mari qui, dit-elle, «voulait bloquer sa vie, qui voulait empêcher son évolution (…) Un margouillat avec sa jalousie, sa malchance (…) qui manipulait son téléphone et pensait que sa vie était foutue.»

Et la chanteuse ne s’est pas arrêtée là. Sur sa page Facebook, elle a posté ensuite un message en direction de ses collègues. Et, visiblement, ce message s’adressait particulièrement à Mani Bella. Sans doute parce que celle-ci s’est vantée d’être fidèle et d’avoir 3 enfants de même père.

«Voilà le sourire que tu affiches quand une collègue se vante (celle qui s’agite beaucoup) d’être fidèle et d’avoir 3 enfants avec son mari, suivez mon regard ! Alors que parmi les 3, l’un est l’enfant de mon cousin Christian, et le mougou de la maison croit que c’est son fils. Oubliant que je l’avais sauvée des mains d’un sidéen en Allemagne et contribué à son mariage en lui donnant comme cadeau de mariage les soins de maquillage. Ma chère, il ne faut jamais jeter la pierre là où tu caches ta bouteille. Venez ! Je suis le coffre-fort. Et la honte sera énorme quand tu découvriras plus tard que je pourrais t’employer après nos carrières pigmentées. J’ai été ton mentor ne l’oublie jamais…», a écrit Lady ponce.

Des propos qui ont fait réagir aussitôt Mani Bella. Et elle l’a fait sans ménagement en disant : « La tête que mon mougou fait depuis 8 ans fait que quand il voit une grande sœur indigne, qui vante son piment en public, sans domicile fixe dans son pays malgré son succès, qui traite son mari de margouillat, devant le monde entier… 

Tu n’as encore rien vu. Matelas public certifié. Cherche un Kundé, une nomination aux Kora, un Afrima, car depuis que tu chantes bien-là, tu n’as jamais rien eu. Cherche aussi un homme qui pourra remplir ton frigo et reviens écrire ! Niock niock niock !… »

C. Simba

Laissez un commentaire