C’est sur la page Facebook de Robert Brazza que nous avons appris ce jeudi soir le décès du chanteur congolais Aurlus Mébélé. Victime du coronavirus, l’artiste qui souffrait d’une tumeur à la gorge depuis plusieurs années déjà (après un AVC en 2005) a rendu l’âme ce 19 mars en région parisienne.

« Hé Tonton Aurlus ! Le jeune loup que j’étais n’oubliera pas tes sages conseils : «reste toi-même petit…et profites ! ». Ma tristesse est grande ce soir, mais ma reconnaissance l’est plus encore. Tu étais le RYTHME, tu étais la JOIE, tu étais la GENTILLESSE… et tu le demeureras. Pour l’éternité. Va en paix, la tour de contrôle… va en paix Aurlus Mabele. Je sais que Tata Nzambi t’a déjà accueilli dans sa grande miséricorde», a écrit Brazza.

   

Une autre star du micro, Claudy Siar, lui aussi touché par cette disparition, a également réagi sur son compte tweeter : « C’est un immense artiste qui vient de nous quitter. Il était l’un des rois du soukouss ! Honneur et respect ! Que la terre te soit légère Grand Frère. »

De son vrai nom Aurélien Miatsonam, Aurlus Mabélé a marqué la musique congolaise et une génération de mélomanes africains et antillais avec le soukous dont il était le porte-flambeau. Véritable bête de scène, il a mis le feu sur toutes les scènes où il s’est produit. Révélé à l’Afrique par la chanson “Africa Mousso”, il enchainera ensuite avec d’autres succès dont “Femme ivoirienne”, ‘’Rosine’’, ou encore ‘’Loketo’’. Avec son groupe ‘’Loketo’’ créé en 1986 avec Diblo Dibala, et Mav Cacharel, il a vendu plus de 10 millions d’albums dans le monde.

Aurlus Mabélé, que la maladie a éloigné trop tôt de la scène depuis de nombreuses années, tire ainsi sa révérence, à 67 ans.

C. Simba

Laissez un commentaire