Accueil Histoire d'1 Vie Je voulais garder mon homme pour moi seule, mais voici l’erreur que...

Je voulais garder mon homme pour moi seule, mais voici l’erreur que j’ai commise !

2607
0

Cette histoire nous a été envoyée par une jeune femme qui était folle amoureuse d’un homme. A-t-elle point qu’elle cherchait un moyen de le garder pour toujours à elle seule. Elle s’en est confiée à sa meilleure amie. Cette dernière va lui donner un conseil dont elle n’oubliera jamais les résultats. Lisez plutôt !

Cette histoire s’est déroulée il y a quelque temps. Je faisais un petit commerce, puisque j’avais arrêté les études depuis un bon moment déjà. Je vivais dans la cour familiale, à Yopougon. En ce temps-là, chaque jour, je voyais passer un jeune homme devant notre maison. Il était très séduisant, mignon garçon. A force de le regarder passer chaque matin, j’ai fini par flasher sur lui.

Dès lors, j’ai commencé à nourrir des envies de lui parler, d’être avec lui. J’étais en train de tomber complètement amoureuse. Mais comment faire pour établir le contact avec lui ? Comment faire pour qu’il me parle au moins une fois en passant ? J’ai commencé à enquêter sur lui. Et j’ai appris qu’il était un professeur dans un collège privé situé dans notre quartier.

Si je voulais le rencontrer, il n’y avait qu’une chose à faire : m’arranger pour être près de lui dans cette école. J’ai donc demandé et obtenu de faire une cabine téléphonique et vendre au sein du collège. A côté, j’ai commencé à vendre des gâteaux et des jus de fruits.

Et là, j’ai réussi à faire connaissance avec le jeune homme. Il s’appelait Hamad.
Inutile de dire que je lui offrais gratuitement des gâteaux, du jus. A partir de là, il me parlait presque chaque jour. Et j’en étais heureuse, quoi que très intimidée. A tel point que, quand il venait causer avec moi, j’avais du mal à parler. Il me trouvait très gentille. Avec le temps, je me trouvais de plus en plus détendue pendant nos conversations.

« Etre en sa compagnie ou faire du sexe, tout était merveilleux »

A partir de là, on devenait des amis. Et, un jour, comme je l’espérais, il a fait le premier pas. Il a demandé à sortir avec moi. Peu de temps après, nous avons commencé à sortir. Un vrai bonheur a commencé pour moi. Etre simplement en sa compagnie ou faire du sexe, tout était merveilleux. Chaque occasion était un moment d’intenses émotions. Je vivais sur un nuage. J’étais vraiment folle de lui.

Je voulais être près de lui en permanence. Surtout lorsque j’ai su qu’il était célibataire. Je n’ai pas hésité à le présenter à mes parents. Hamad et moi, c’était ce qu’on appelle l’amour fou. Nos soirées étaient torrides. Après seulement quelques mois, nous avons pris la décision de concrétiser cette passion que nous vivions. On voulait donc vivre ensemble. J’en ai parlé à ma mère. Elle m’a dit oui. Par contre, mon père était réticent. Il disait : « Je trouve que cette histoire va trop vite. Vous n’avez pas encore pris le temps de bien vous connaître. Et puis, cet homme et toi, vous n’avez pas grand-chose en commun… »

Mais moi j’étais déjà trop bien lancée pour vouloir ralentir. Et tout le monde voyait bien que j’étais heureuse. Folle d’amour et heureuse. Finalement, papa a accepté. Dès lors, mon chéri et moi, nous avons commencé à habiter ensemble. La vie était belle et notre amour devenait de plus en plus intense. Tellement intense que je ne voulais pas imaginer, un seul instant, partager mon homme avec quelqu’un.

Progressivement, cette idée de ne pas partager mon Hamad avec quelqu’un a commencé à devenir une véritable obsession chez moi. Et cette obsession s’est vite transformée en peur. La peur de le perdre. J’en tremblais. C’était plus fort que moi. Alors, je devenais jalouse. Une jalousie maladive. Ça me rendait folle dès que je voyais Hamad avec une autre femme. Même un petit retard en rentrant après le travail, je lui faisais des histoires.

A plusieurs reprises, il a essayé de me ramener à la raison. Mais je n’y arrivais pas. La jalousie prenait toujours le dessus. Un jour, pour un petit fait banal, nous nous sommes disputés violemment. Les choses ont dégénéré. Et nous nous sommes battus comme des chiffonniers. Mais malgré ça, nous étions toujours aussi amoureux l’un de l’autre. Seulement, au lieu que cela me rendre plus responsable, ça a augmenté ma peur de perdre mon homme.

« Ce marabout est très fort. Il pourra t’aider à obtenir le résultat que tu veux »

Je me demandais chaque jour comment faire pour le garder ? Je cherchais une stratégie. Je me suis confiée à Mounia, ma meilleure amie. Elle m’a suggéré d’aller voir un marabout qu’elle connaissait. « Il est très fort. Il pourra t’aider à obtenir le résultat que tu veux », m’a-t-elle dit. Je me suis rendue chez le marabout. Il m’a remis un philtre d’amour. Je l’ai fait manger à Hamad sans qu’il ne s’en aperçoive. Désormais, j’avais la certitude qu’il ne pouvait plus m’échapper. J’avais un contrôle total sur lui.

C’est, en tout cas, ce que je me disais. Tout ça, parce que la simple pensée de vivre sans Hamad était insupportable pour moi. Je le voulais auprès de moi chaque jour. C’est comme ça que je me sentais bien. Mais, plus le temps passait, plus je remarquais que mon amie Mounia et mon mari devenaient très proches. Même trop proches. J’ai commencé à me poser un tas de questions. Et je détestais ça. J’en devenais malade. J’ai dû laisser tomber mon commerce pour rester désormais à la maison pour surveiller tout ça.

Parce que, curieusement, dans la même période, le comportement d’Hamad avait changé vis-à-vis de moi. Il était devenu un peu froid, cherchant chaque fois à m’éviter. La nuit, quand nous nous couchions, il ne me touchait plus. C’était une souffrance intérieure qui devenait insupportable.

Un jour, j’ai décidé d’aller chez ma mère, le temps de faire le point. La maison familiale n’était pas loin de là. A mon retour, surprise ! Des vêtements de femme étaient dans la chambre. Mais à qui appartiennent donc ces habits ? J’ai posé la question à Hamad. Il ne m’a pas répondu. J’ai quand même insisté. A ce moment-là, oh mon Dieu !… A ce moment-là, il m’a dit froidement que c’était ceux de Mounia. Je croyais que j’avais mal entendu. Mais Hamad a répété clairement que c’était pour Mounia. Ma meilleure amie…

Mon mari me trompait donc avec celle que je considérais comme mon amie. Je suis entrée dans tous mes états. Hamad s’est également mis en colère. Une dispute a éclaté entre nous deux. Et là, il m’a dit qu’il était au courant de tout ce que j’avais manigancé contre lui. J’ai compris alors que Mounia était derrière tout ça. Elle seule pouvait révéler le secret à Hamad. Je ne savais plus quoi dire. J’étais là, toute confuse, ne sachant quel mot placer.

Hamad m’a annoncé alors que c’était fini entre lui et moi. « Je n’ai plus confiance en toi », disait-il. Je me mise à pleurer. J’ai cru pouvoir le convaincre en hurlant que j’ai fait tout ça pour notre couple. Mais il ne voulait rien savoir. En fait, il avait pris cette décision depuis longtemps déjà. Depuis le moment où Mounia lui a révélé le secret. Séance tenante, Hamad m’a annoncé qu’il envisageait de se marier avec elle. Je tombais des nues. J’ai compris qu’ils avaient déjà planifié leur affaire.

La question que je me posais à ce moment-là était de savoir ce que Mounia a bien pu lui raconter ? Mais, à quoi bon ? Ça ne changera plus rien. Moi qui n’avais jamais imaginé vivre sans mon Hamad, j’étais devant une implacable réalité. Mais je ne pouvais supporter de voir cet homme épouser une autre femme que moi. Et surtout pas celle-là ! Je préférais mourir que d’accepter ça. C’est alors qu’une idée folle m’est venue à l’esprit : en finir avec la vie. Mettre fin à ma vie.

« Je me suis réveillée après trois jours dans le coma »

Le soir, je suis sortie. Direction, la boutique de produits pharmaceutiques. Là, j’ai acheté des médicaments. De retour à la maison, je me suis enfermée dans les toilettes. Il n’était pas question qu’Hamad me découvre en train d’agoniser. Je voulais qu’il ne me voie que quand je serais morte. De cette façon, il aura ma mort sur la conscience. J’ai donc avalé une bonne quantité de ces produits. Quelques minutes après, tout a basculé. J’avais des vertiges, puis de terribles maux de tête et de ventre. Je ne peux pas raconter ce qui s’est passé par la suite. J’ai perdu connaissance. Je suis revenue à moi à l’hôpital. Je me suis réveillée après trois jours dans le coma. Je n’étais plus vraiment la même. C’est comme si j’avais subi un violent choc émotionnel. Depuis, j’ai fait le deuil de ma vie avec Hamad. J’ai fini par comprendre que, malgré notre amour, nous n’étions pas faits l’un pour l’autre.

Quelque temps plus tard, j’ai rencontré l’homme qui est devenu mon mari aujourd’hui. Toutefois, il m’arrive, de temps en temps, de penser à mon amour perdu. Je n’ai jamais connu et je ne connaitrai plus une histoire d’amour aussi intense avec autant de passion. Je sais que si je n’avais pas été aussi égoïste, sans doute que nous serions encore ensemble Hamad et moi.

Si vous aussi vous avez un lourd secret, un passé qui vous pèse, déchargez-vous en nous envoyant votre histoire. Écrivez-nous à cette adresse : info@topvisages.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici