Après un coup d’essai qui s’est transformé en coup de maitre en 2019, les organisateurs remettent ça. Avec, cette année, un festival relooké. « Cette année, nous sommes plus outillés qu’à la première édition. On sera plus fort et on proposera un plus grand nombre d’artistes de plusieurs pays », annonce Chico Lacoste, Commissaire général du festival.

Cette 2è édition de la fête pour la renaissance de la capitale du Gbêkê (les 27, 28 et 29 mars) s’étendra sur 3 jours. Trois jours folie qui s’articuleront autour des activités culturelles, sportives et sociales. De nombreuses innovations sont prévues, qui rendront la fête plus attrayante et populaire. En plus de la musique qui sera servie par des stars en vogue d’ici et d’ailleurs et des légendes de la chanson africaine, les invités de Bouaké Ouflê pourront se délecter d’un concours de beauté, un cross populaire et un tournoi de Maracana. Le concours Miss Bouaké Ouflê concernera les élèves et étudiantes, avec un critère dominant basé sur l’intellect. Il y aura aussi des actions citoyennes, un espace maquis et gastronomique et une salle gaming réservée aux jeunes publics.
Ce festival, comme l’a expliqué Chico au cours de la conférence de presse à l’espace Unisexe de Cocody-Angré, est né avant tout d’un sentiment de reconnaissance. « L’idée de Bouaké Ouflê, c’est-à-dire Bouaké Nouveau, c’est de ramener l’ascenseur à cette ville qui nous a tant donné », a-t-il déclaré.

Après la longue crise socio-politique et militaire qu’a traversé la seconde ville de la Côte d’Ivoire, les natifs de la région ont estimé qu’il était temps qu’ils permettent à leur cité de retrouver son lustre et sa joie de vivre d’antan. C’est pour cela qu’a été mis sur pied, l’année dernière, le Festival Bouaké Ouflê. Une idée qui requiert l’adhésion des autorités politiques, administratives et coutumière du chef-lieu de la région du Gbêkê. Les filles et fils de la capitale cosmopolite du centre accordent un intérêt certain au festival.

O. A. Kader

Laissez un commentaire