Arrivé au Brésil en juillet dernier, à Botafogo, l’attaquant ivoirien n’aura pas pu éviter un scénario catastrophe au club mythique des célèbres devanciers Garrincha, Jairzinho, Carlos Alberto, Didi et autres. Après être remonté dans l’élite en 2014, l’équipe est condamnée à la relégation.

Dernier du classement, à 4 journées de la fin du championnat, la défaite de Botafogo à domicile vendredi (0-1) devant Sport Recife a brisé ses derniers espoirs. Mais, vu le parcours des partenaires de Kalou cette saison, il leur était difficile de s’en sortir autrement.

Avec seulement 4 victoires en 34 matches, 12 nuls et 18 défaites, ils ne pouvaient pas espérer mieux. Surtout quand on sait le ballet des coachs qui se sont succédés à la tête de l’équipe : figurez-vous, 5 entraineurs dont un certain Ramon Diaz qui ne l’aura dirigée que trois semaines seulement. Et cela sans quitter l’Argentine d’où il travaillait à distance avec les joueurs.

Quant à Salomon Kalou, les choses n’ont évidemment pas été faciles pour lui non plus. Confronté à une concurrence dans le secteur offensif avec Matheus Babi, il n’a pas souvent été titulaire. Et ses rares apparitions ne lui ont pas permis de s’exprimer véritablement.

A 35 ans, l’Ivoirien pourra se consoler avec la naissance de son fils Jan Noah (il y a un mois) et la présence de sa compagne brésilienne Karina Ferreira.

C. Simba

Laissez un commentaire