Dans le documentaire ‘’Mounyou Ni Sabari’’ (Pardonner et supporter) de 52 minutes, le jeune réalisateur malien, Kaourou Magassa, donne la parole à des femmes pour briser le silence sur le principe qui les contraint à se taire sur des violences notamment le viol qu’elles subissent au quotidien. Dans le film, on met en question ce principe-là qui est édicté dans la société malienne où le viol est un tabou et qu’il y a une pression immense pour que les femmes se taisent là-dessus. Comme ce moyen documentaire qui évoque les violences faites aux femmes, de nombreux autres films (17) qui touchent des sujets divers comme l’immigration clandestine, la liberté d’expression et la démocratie, sont projetés à partir du 13 novembre dans le cadre du festival Ciné Droit Libre 2019. Au cours d’une conférence de presse le vendredi 8 novembre, à l’Institut Goethe, le responsable de Ciné Droit Libre Abidjan, le journaliste Yacouba Sangaré, a donné les grands axes de cet évènement et la liste des films à voir. ‘’Ils n’ont pas choisi…’’ de Luc Damiba et Gideon Vink, ‘’On a le temps pour nous’’ de Kathy Ndiaye, ‘’Rejoindre l’Europe, mourir en mer’’ d’Adjayi Tessilim, ‘’Pour une école inclusive’’ de Marina Galimberti et Vincent Joseph, ‘’Migrants, retour d’enfer’’ de Patrick Fandio… sont entre autres les films que les cinéphiles pourront suivre au cours de ce festival alternatif consacré aux films sur les droits humains et la liberté d’expression en Afrique.

La 11è édition de Ciné Droit Libre Abidjan se tient autour du thème principal «Pourquoi la démocratie ?». Près de 30 ans après l’avènement du multipartisme, la culture démocratique peine encore malheureusement à s’enraciner en Afrique. La quête de la démocratie sur le continent reste encore préoccupante, voire inquiétante. Et à propos, le film ‘’Qu’est-ce que la démocratie ?’’ de la réalisatrice canadienne Astra Taylor invite à un voyage philosophique issu de sa quête pour mieux comprendre les paradoxes, les joies et les problèmes de la démocratie.

Le principe de Ciné Droit Libre, c’est qu’après chaque projection, il y a un débat autour du thème du film. Les promoteurs promettent des discutions houleuses sur les différents lieux de projections à savoir le Goethe-Institut à Cocody, l’Institut Français au Plateau, le Lycée Jeunes Filles de Yopougon et la Place Inch’Allah de Koumassi. Le festival a pour principaux invités, les réalisateurs Florian Hoffmann d’Allemagne et Stephan Hilpert de France. Le parrain de l’édition 2019 de Ciné Droit Libre Abidjan est SEM. Jobst Von Kirchmann, Ambassadeur de l’Union européenne en Côte d’Ivoire. Il présidera la soirée d’ouverture du festival le mercredi 13 novembre à 19h, au Goethe-Institut.

O. A. Kader

Laissez un commentaire