Qu’est-il arrivé à Eliot, le fameux cadavre ‘’ressuscité’’ par le pasteur Alph Lukau dans son église en Afrique du Sud en février dernier ? La presse zimbabwéenne révèle que quelques jours après la découverte de la supercherie orchestrée avec le patron de Alleluia Ministries International, Brighton « Elliot » Moyo a fui la police sud-africaine pour rentrer chez lui au Zimbabwé. Là-bas, il est allé se réfugier dans un village reculé, à Lupane, près de Bulawayo, dans le Matabeleland-Nord. Dans sa cachette, alors qu’il était malade, il n’a pas voulu sortir pour se rendre à l’hôpital. « Il a toujours fui l’hôpital quand il apprenait qu’il y avait des policiers dans les parages, révèle Stanley Mlanjé, son frère. C’était à cause de ce qui s’est passé, l’histoire de « miracles ». Nous avons décidé de ne pas lui poser de questions parce que nous voulions qu’il soit complètement rétabli. » Malheureusement, il a succombé à une pneumonie dont il souffrait. Ainsi, l’homme que Lukau a tenté de faire croire à la face du monde qu’il avait ressuscité est-il mort misérablement dans l’anonymat total au fin fond de la forêt Zimbabwéenne.

Si pour ceux qui l’ont connu en Afrique du Sud il s’appelait Brighton « Elliot » Moyo, ce jeune homme de 28 ans s’appelait en réalité Thabiso Mlanjé. Il a fait ses études primaires au Zimbabwé, dans le village de Gogo. Là-bas, ses amis se souviennent qu’il était un bon footballeur. Il est ensuite parti pour l’Afrique du Sud à la recherche d’un avenir meilleur. Dans la presse zimbabwéenne, sa grand-mère, Emily Moyo, révèle qu’ «il est allé en Afrique du Sud en 2011 pour chercher un emploi. Il a épousé une fille d’un village voisin. Quand ils ont eu des enfants (2 gosses), ils les ont renvoyés au village. Nous ne savions jamais ce qu’il faisait. »

C. Simba

 

 

Laissez un commentaire