Accueil Musique Coumba Gawlo dévoile son ‘‘Borom ndam’’

Coumba Gawlo dévoile son ‘‘Borom ndam’’

13
0

Terrou waar (entendez, terroir). C’est le nom du prochain album de Coumba Gawlo, la « diva à la voix d’or ». La griotte a dévoilé, vendredi 15 janvier dernier, une chanson issue de l’album à paraître.

La chanson s’intitule Borom ndam. Elle dépeint le quotidien de la population rurale, illustré par une mise en scène stylistique originale, donc propre au terroir : des costumes traditionnels au texte lui-même (chanté en wolof), en passant par le décor en pleine nature et la musique rythmée par le sabar, tout est naturel. La reine du mbalax s’éclate, tout en mettant en lumière le riche patrimoine de la Teranga, si chère à son cœur.

Le sabar irrigue toute la culture sénégalaise. À la fois instrument de musique (tambour iconique, presque identique au conga), il désigne aussi cette danse aérienne, populaire, sensuelle et festive propre aux femmes sénégalaises.

Coumba Gawlo, surnommée encore « la gazelle noire », performe dans le clip qui cumule déjà une vingtaine de milliers de vue, depuis sa diffusion sur sa chaîne YouTube. Comme si le temps n’avait pas d’emprise sur sa silhouette et sa voix inoxydable, la native de Thiès démontre à travers son professionnalisme (s’il en était besoin) que ce n’est nullement un hasard si elle figure parmi les rares chanteurs Sénégalais qui ont obtenu un disque d’or.

Depuis son premier album Seytane (1995), Coumba a su démontrer à bien des égards qu’elle était l’une des voix qui comptent sur le continent. Illustration faite avec Yo Male son deuxième album trois ans plus tard, enregistré avec le chanteur français Patrick Bruel et qui comporte des reprises dont l’emblématique Pata Pata de Miriam Makeba.

Il y a eu plusieurs lauriers glanés durant son parcours. Sans oublier son engagement en faveur des enfants malades, déshérités et de la condition des femmes, avec la Fondation Lumière pour l’Enfance qu’elle dirige.

On l’a encore vue récemment donner de la voix pour sensibiliser lors de la pandémie du Covid-19. Bref, Coumba, une femme certes à la voix d’or mais aussi au cœur d’or.

Il n’est donc pas surprenant que la chanteuse nourrie à la sève des valeurs traditionnelles africaines reste attachée à ses racines, comme elle le démontre dans ses albums, avec une étonnante constance.

Depuis la publication du clip, les challenges Borom ndam ne cessent de se multiplier entre les fans de l’artiste sur sa page Facebook. C’est à qui saura le mieux interpréter la chanson. Le temps de se sentir dans la peau de la diva au timbre vocal unique.

François Yéo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici