Ils se sont dit  »OUI » pour la vie : Dramane K. Denkêss, journaliste-auteur, et Mame Daro Faye, médecin en oncologie à l’université Mc Gill de Montréal, se sont unis par les liens du mariage le samedi 27 juillet à la Plazza Rive Sud. En présence de leurs familles et amis venus du Sénégal, de la Côte d’ivoire, des États Unis et de l’Europe. Au nombre des 130 invités, on notait la présence du percussionniste Amadou Kiénou (témoin du marié), de la cantatrice malienne Djely Tapa, du balafonniste Adama Daou, du slameur ivoirien Fabrice Koffi, du comédien burkinabé Hamidou Savadogo, du griot malien MD et de Dj Le Prince du Cameroun.

Notre confrère et correspondant de Top Visages à Montréal était vêtu d’un ensemble gris souris de marque Moores et d’une chaussure Calvin Klein de couleur noire. Quant à la mariée, elle portait une robe blanche signée du designer Nicole Spose. Une Collection Romance qui lui allait à merveille. Une issue heureuse d’une simple rencontre devenue une belle histoire d’amour.

C’est une rencontre banale comme on en fait d’ordinaire. Ce soir d’hiver, Dramane Denkess rentrait d’un reportage sur un sujet commandé par le bureau rwandais du développement de Montréal. Au métro Lionel-Groulx, une station de métro de Montréal, il croise une magnifique jeune femme qui, elle aussi revenait du travail. Mame Daro, cette jeune femme, ne semblait pas se préoccuper de ce grand homme noir. Mais lui, a été frappé par la présence de cette femme au teint d’ébène. Il la suit d’abord des yeux. Puis, il la rejoint à son spot où elle vient de s’arrêter pour attendre le métro. Et sans perdre de temps, il la salue puis se présente : ’Je m’appelle Dramane Denkess, je viens d’Abidjan, Côte d’Ivoire.’’ Mame en fait de même et la conversation commence entre le jeune Ivoirien et la belle Sénégalaise.

Le métro arrive. Les deux montent. Denkess lui demande son arrêt. Il est réjoui lorsqu’elle lui dit où elle descend. « C’est le même où je descends également », lui dit-il. Mais en réalité, son arrêt, c’est le précédent. Seulement, il avait du mal à quitter cette femme qui lui est apparue ce soir-là comme envoyée par le ciel. Comment la laisser partir au risque de ne plus jamais la revoir. Mais puisqu’il fallait qu’elle rentre chez elle, il va s’accrocher à l’idée qu’en obtenant son contact téléphonique, il s’assurerait une chance de la revoir. Mame se montre un peu récalcitrante, lui disant qu’elle était très busy et qu’il n’y avait aucune chance de l’avoir au téléphone. Mais comme Denkess insiste, elle finit par le lui donner quand même.

Commencent alors des vagues de textos. Des messages assidus qui finissent par porter leurs fruits. Un jour, elle accepte un premier rendez-vous dans un café. Puis un autre. Puis un autre encore. Et depuis, Denkess et Mame ne se sont plus quittés.

M. Jésus

Laissez un commentaire