Une jeune femme a épousé son frère de sang. Une alliance qu’elle a scellée afin d’obtenir un visa pour aller en France. C’était il y a deux ans, au Cameroun. Mlle Jessica et son grand-frère Maël se sont dit oui devant le maire. Sous le régime de la communauté de biens, avec le domicile conjugal établi à Yaoundé, ils se sont juré fidélité.

Pour célébrer ce mariage, Maël le grand-frère, qui vivait déjà en Europe, est venu spécialement au Cameroun pour l’occasion. Quant à sa sœur Jessica, elle vivait au pays, en concubinage avec le père de ses trois enfants. A ce qu’il paraît, ni son concubin, ni les membres de la famille ne se sont opposés à ce mariage, selon Kalara, l’hebdomadaire qui a rapporté l’information. Après avoir convolé en justes noces avec sa petite sœur, Maël est resté quelques jours au Cameroun avant de retourner en France. Quelques temps après, Jessica a obtenu son visa et l’a rejoint. Et depuis, les deux vivent là-bas.

Deux ans se sont écoulés depuis les noces. Et aujourd’hui, le couple ‘’blanc’’ veut annuler ce mariage. Car pour eux, c’est un mariage qui n’existe que sur le papier. Ils ont donc formulé une demande en annulation dans laquelle ils expliquent que c’était juste un prétexte pour permettre à Jessica d’obtenir ses papiers. Mais problème : le tribunal de Yaoundé dit non. Le juge estime qu’il y a inceste. « Même si le mariage n’a pas été consommé, aux yeux de la loi, il y a inceste », a-t-il dit lors de l’audience du 28 août dernier. Pour le moment, l’affaire a été renvoyée. Et une enquête a été ouverte.

C. S.

Laissez un commentaire