Après le faux miracle de la résurrection avec le pasteur Alph Lukau, une enquête a été ouverte par la police sud-africaines pour tirer cette affaire au clair. Après la mort du ressuscité, Thabiso Mlanjé dit Brighton Elliot Moyo, un des acteurs principaux du scénario, qui s’était enfui chez lui au Zimbabwé, la police continue de traquer les auteurs de cette combine. Elle vient d’arrêter deux personnes, des collaborateurs du pasteur controversé, selon la presse sud-africaine. Il s’agit de Nkululeko Dlamini, 35 ans, et Silungisani Grace Sibanda, 40 ans. Ils ont comparu devant le tribunal de Johannesburg il y a quelques jours. Ils sont soupçonnés d’avoir organisé la mise en bière et le transfert du corps du présumé mort. Mais dès le début du procès, le procureur Mzamo Mathe a fait savoir à la cour que le prévenu Dlamini possédait deux passeports : un passeport zimbabwéen et un autre sud-africain. Mais les deux documents portaient des noms différents. Une anomalie qui a poussé le procureur à demander un ajournement. « Nous devons donc différer l’audience pour comprendre à qui nous avons affaire », a déclaré Mathe au tribunal avant d’ajouter que « d’autres arrestations étaient prévues et qu’ils étaient en possession d’un mandat d’arrêt contre un autre suspect.» Sans doute le pasteur lui-même ? Le procès reprend ce vendredi 26 avril.

Plusieurs plaintes ont été déposées contre le pasteur Lukau et son église à la suite de l’affaire qui secoué les réseaux sociaux. La première, par la société de pompes funèbres basée à Gauteng ; la deuxième, par des membres de la société civile préoccupée par ces dérives : et la troisième, par un autre homme de Dieu, le pasteur Paseka Mboro Motsoeneng. Ce dernier a déclaré à l’endroit d’Alph Lukau les jours qui ont suivi la mascarade : «Ne trompons pas les gens. Arrête de mentir au nom de Dieu. Ce ‘’miracle’’ est une fraude. Je veux appeler le pasteur pour que nous puissions aller sur la tombe de Nelson Mandela afin qu’il le fasse revenir.» Ensuite, Mboro s’est rendu dans l’église Alleluia Ministries, à Sandton, en vue de croiser l’homme qui ramène les gens à la vie. Mais il ne l’a pas trouvé.

Peu de temps après, l’administration de l’église du pasteur Lukau a pondu un communiqué dans lequel ses collaborateurs tentaient de le disculper. Le communiqué disait notamment : « Le pasteur (Lukau) n’a, à aucun moment, prétendu qu’il avait ressuscité la personne montrée dans la vidéo et identifiée par sa famille comme étant Elliot.» Le communique explique qu’«Avant même de prier pour Elliot, le pasteur Alph a déclaré qu’Elliot respirait » (!!!) Il appartient désormais à la justice de faire toute la lumière sur cette affaire.

C. Simba

Laissez un commentaire