Dimanche dernier, aux alentours de 7h du matin, c’est sur les dernières notes musicales de Petit Papou que les lampions se sont éteints sur la 3ème édition du Festival des Arts Mandingues (FAM), dans la salle Balzac du Moulin Basset, à Saint-Denis de Paris. Pendant 10 heures de show non-stop (21h à 7h), le public ne s’est pas lassé de chanter, danser et de faire les ‘’travaillements’’ sur les artistes Mamah T, Affou La Lionne. L’un des temps forts de la soirée a été la prestation du chanteur Petit Papou. Et pour cause : il était attendu depuis plusieurs années à Paris par les fans de la musique mandingue. Mme Kissah Koné, la marraine du festival, qui est restée jusqu’à la fin de la fête, dira de cette soirée : « La salle est bondée de monde, c’est la preuve de votre soutien à la musique mandingue et votre amour pour les artistes qui se sont déplacés d’Abidjan à Paris. Je suis remplie d’émotion car votre soutien indéfini. Je tiens à remercier toute l’équipe de Nama Bouaké Production, qui a organisé ce festival.»

Elle a remis une enveloppe à chaque artiste et une autre enveloppe au comité d’organisation de la part de son grand frère Amadou Koné, le ministre ivoirien du transport. A cet effet, l’organisateur a témoigné sa gratitude à l’endroit du ministre Amadou Koné pour son soutien aux artistes en Côte d’Ivoire et à ceux de la diaspora. En témoignent tous les efforts qu’il a consentis pour la réussite de la 3ème édition du Festival des Arts Mandingues (FAM). Pour le promoteur Nama Bouaké, ce Festival a été une tribune pour parler aussi de réconciliation, de paix et d’unité en Côte d’Ivoire. C’est ce qui explique la prestation de la chanteuse Fabriss Atitoh, comme artiste invité surprise.

Charly Légende

Laissez un commentaire