La nouvelle est tombée ce lundi 23 novembre. Ahmad Ahmad, le président de la Confédération africaine de football (CAF) a été suspendu de ses fonctions pour 5 ans par la FIFA. Il est accusé de détournement de fonds.

Il est reproché au Malgache Ahmad Ahmad, également vice-président de la FIFA, un abus de pouvoir : notamment, d’avoir enfreint plusieurs articles du code de l’éthique, d’avoir manqué à son devoir de loyauté, d’avoir accepté et distribué des cadeaux et autres avantages.

C’est ce que fait savoir le communiqué publié ce lundi. Une décision qui interdit Ahmad Ahmad de toute activité (administrative, sportive et autres) relative au football aux niveaux national et international pendant la durée de la sanction.

Depuis quelques temps déjà, il faisait l’objet d’une enquête sur sa gestion des affaires de la CAF. Il y a un peu plus d’un an, à la suite des polémiques et des soupçons de corruption, il avait été mis engarde à vue à Paris. Ahmad avait alors sollicité l’appui de la FIFA pour superviser la CAF. Mais après les six mois de mission de la secrétaire générale de la FIFA, Fatma Samoura, la CAF a refusé de renouveler la supervision.

Il y a quelques jours, atteint du coronavirus et en convalescence, le président de la CAF avait désigné son premier vice-président Constant Omari pour assurer son intérim. Lequel Omari est également visé (comme Ahmad) par les enquêtes sur le contrat télévisuel avec Lagardère, la société française de médias. Il est appelé à justifier «pourquoi ils avaient accepté de réviser ce contrat d’une manière qui profite à Lagardère, qui n’est qu’un partenaire de la CAF».

Le renouvellement des instances de la Confédération africaine est prévu pour le 12 mars 2021. Si la candidature de Ahmad Ahmad est désormais out, il apparaît que celle de Constant Omari est compromise.

R. Jordan

Laissez un commentaire