De ‘’Yelbeedo’’ à ‘’Une femme pas comme les autres’’ en passant par ‘’Rue Princesse’’, ‘’Quand les éléphants se battent’’, Georgette Paré a campé de grands rôles au cinéma. En initiant la cérémonie les ‘’ Celebrities Days’’ au Fespaco, elle voulait que les acteurs soient célébrés comme ils le méritent. Pourquoi ? Explications.

 

. Pourquoi les Celebrities Days ?

‘’Celebrities Days’’ tient d’un simple constat : étant moi-même actrice, j’ai senti combien les acteurs étaient lésés dans la chaîne de production. J’ai aussi compris qu’il fallait compter avec les acteurs si on veut créer une bonne industrie cinématographique. Car un film n’est bien rentabilisé que lorsque les acteurs jouent véritablement leur partition. On peut faire de beaux cadres, de jolis costumes et un décor impeccable, mais si la prestation des acteurs est nulle, le film devient nul et du coup, personne n’ira le voir. C’est vrai que nous faisons beaucoup de cinéma d’auteur, mais cela n’empêche pas que toute la chaîne soit professionnelle, du début à la fin. Ceux qui rendent crédible le film n’avaient pas la place qui leur revenait de droit. Alors, je me suis dite pourquoi on ne ferait pas nous-mêmes quelque chose pour nous mettre en valeur. C’est vrai que ça parait prétentieux, narcissique. Mais désolé, c’est comme ça quand les gens ne veulent pas reconnaitre votre mérite et que vous savez que vous êtes importants, vous vous faites entendre.

. Comment se fait le choix des invités ?

– L’intitulé de l’activité est suffisamment clair : ‘’Celebrities Days’’. Il nous faut des célébrités. Et n’est pas célébrité qui veut. Est célébrité celui qui est tête d’affiche, celui a joué dans beaucoup de films, celui qui est allé au de-là des frontières de son pays. Pour ne pas dire mondialement connu, je dirai qu’on est célébrité quand on est ‘’africainement’’ connu par rapport au cinéma du continent.

. Qu’est-ce qui a prévalu dans le choix de Sidiki Bakaba comme invité spécial ?

– On a choisi Bakaba pour être notre invité d’honneur pour plusieurs raisons. Ce n’est pas seulement dû à son âge. Mais il est l’un des acteurs africains qui ont traversé des générations. De 1969 à 2019, vous verrez que Sidiki Bakaba a traversé le temps. Il a joué dans des films que tout le monde a vus. Il a été très présent au Fespaco. On l’a vu en train de se balader avec un cheval à Ouagadougou. Avant d’être comédienne, j’ai vu Sidiki Bakaba à cheval au Fespaco sur l’Avenue de l’Indépendance et devant l’Hôtel Indépendance. Oui, je l’ai vu. On me disait que c’était un acteur ivoirien. Qu’il a joué dans tel ou tel film. Je le voyais jouer déjà à la star. Je le voyais à toutes les éditions du Fespaco. Avant de devenir actrice, j’étais intéressée toutes les fois qu’il y avait la fête du cinéma africain à Ouagadougou. Les après-midis étant fériés, c’était un grand plaisir d’aller me promener avec des amis, des copines à l’Hôtel Indépendance et de me mêler à la foule. Du point de vue de l’expérience, Sidiki Bakaba faisait l’affaire. Il est en encore sur les plateaux de tournages. A qui d’autre mieux que Bakaba pouvait-on rendre cet hommage-là ? Sidiki Bakaba est un acteur plein. Il fait de la direction d’acteurs. Il a une école de formation d’acteurs. Il est pédagogue.

. Quand on voit ce qui avait été déployé pour cette cérémonie, on se dit : c’est quand même lourd ! Comment faites-vous ?

– La célébrité a évidemment un coût. Quand on a affaire à des célébrités, ce sont des billets d’avion Classe Affaires et Première Classe, des hôtels cinq étoiles, de grosses cylindrées… Pour rester vraiment dans le contexte de la célébrité, on a été obligé de le faire. Parce que c’est comme ça que ça se passe. On ne l’a pas fait seul. On a été accompagné par le Fespaco, le Ministère de la Culture du Burkina Faso, la Marie de Ouagadougou et le Ministère de la Culture et de la Francophonie de Côte d’Ivoire. Je vous fais une révélation : c’est la Côte d’Ivoire qui a assuré le transport et le séjour à Ouaga de Sidiki Bakaba et d’Isaach de Bankolé. C’est vous dire que tout a absolument un coût. Il se trouve malheureusement que ce sont nos ministères qui nous soutiennent. Ce devrait être des annonceurs pour ce genre d’activités.

. Au départ, vous avez annoncé l’arrivée de stars américaines. Que s’est-il passé finalement ?

– On a annoncé des Américains, notamment Will Smith, parce qu’on voulait marquer le cinquantenaire du Fespaco. On voulait une grosse tête d’affiche qui ne soit pas forcément africaine, mais une tête d’affiche noire. Il se trouve qu’on s’y est pris un peu tard par rapport à Will Smith. Quand on est entré en contact avec son staff, les conditions étaient tel qu’on ne pouvait pas. A partir de cette année, avis aux annonceurs. Chaque édition, on va chercher à faire venir une grosse tête d’affiche, mais il faut que ce soit assuré par des annonceurs. Après le point du Fespaco 2019, on va relancer le dossier Will Smith pour 2021 pour qu’il l’intègre dans son agenda.

. Qui sont véritablement les promoteurs des ‘’Celebrities Days’’ ?

– Nous sommes trois promoteurs : il y a moi-même, Issiaka Sawadogo qui est acteur et qui a son association Afrik Casting et Aïcha Dabré qui a une agence de communication (Label Qualité). J’ai aussi une boîte qui s’appelle Casting Communication.

. Vous suivez le Fespaco depuis que vous étiez petite fille. Aujourd’hui, l’évènement a 50 ans. Quel est votre avis sur ce festival ?

– Quoiqu’on dise, le Fespaco a grandi. De la semaine du film de Ouagadougou au Festival panafricain du cinéma de Ouagadougou (Fespaco), 50 ans après, il y a quand même eu de bonnes choses pour l’amélioration du cinéma africain. Le cinquantenaire a été pour moi une espèce de bilan que l’évènement devrait faire. Le thème ‘’Mémoire et avenir des cinémas d’Afrique’’ était bien choisi. Ça a constitué une sorte de bilan à partir duquel il faudra rebondir à partir de 2021. Si on a survécu 50 ans, il n’y a pas de raison qu’on ne puisse pas survivre aux 50 prochaines années. Le centenaire du Fespaco sera célébré. J’ai foi. Il y a des acquis. On sait par où on est passé et on doit pouvoir surmonter les difficultés.

O. A. Kader

Laissez un commentaire