Depuis le jeudi 20 août 2020, le nouvel album d’Ismaël Isaac est disponible dans les bacs à disques et sur toutes les plateformes de téléchargement légal. La présentation officielle du chef-d’œuvre aux journalistes et aux partenaires s’est déroulée à la Résidence Hôtel Le Vaisseau à Cocody II-Plateau, 7è Tranche.

L’album s’appelle Qui va nous sauver ? Il est chanté en dioula, bété et français. L’ensemble des titres du nouveau disque traite des problèmes sociaux et de faits de société. Excepté la chanson éponyme qui parle de la grisaille socio-politique actuelle de la Côte d’Ivoire.

« Houphouët a travaillé. Il ne faut pas tout détruire », plaide Ismo à l’adroit des successeurs du premier président de la Côte d’Ivoire. « Mais je ne m’adresse pas seulement aux hommes politiques hein. J’avertis tout le monde qu’on doit préserver nos acquis et conquérir par le dialogue notre avenir », a précisé l’enfant de Treichville au public présent à la présentation de son album.

Comme porté par le sous-titre de son CD ‘’Yôrô Magne Sira Kagne’’, c’est-à-dire l’environnement n’est pas propice mais la voie est bonne, il explore les incertitudes actuelles pour conclure sur une note d’espoir : « Ça va aller », insiste-t-il.

Fidèle à sa réputation d’adepte d’un reggae mélodieux, le Gangaba de Treichville (le gros crabe de Treichville) s’est encore bonifié dans cette gamme.

Dans son souci de reconnaissance à son quartier d’enfance à Abidjan, il a dédié une nouvelle chanson à Treichville, après Treich feeling, dans les années 1990. Une manière, pour le chanteur, de témoigner de son attachement à cette commune, là où tout a commencé il y a 35 ans.

La grande surprise du nouvel album, c’est l’intervention de Kady, la fille d’Ismaël Isaac dans le titre Papa ni Maman. La douce et sublime voix de la jeune chanteuse invite ses parents divorcés à se remettre ensemble pour son bonheur et celui de ses frères et sœurs.

Un brin mélancolique, cette chanson pleine d’émotions met en lumière la situation des gosses de couples séparés. « L’idée de la chanson vient de ma fille, car nos enfants cherchent à nous réconcilier. C’est vrai qu’on est divorcés, mais on s’appelle », tempère Ismaël Isaac.

En plus de sa fille, Ismaël Isaac a invité également sur cet album John Yalley et Bonness du groupe Les Leaders respectivement sur les chansons Sigui et Baden.

Pour la réalisation de l’album de la célébration de ses 35 ans de carrière, Ismaël Isaac a opéré de grands changements dans son organisation. Pour la première fois, il est producteur de son œuvre. Il a aussi assuré l’arrangement de 15 des 16 titres du nouveau disque.

Pour de nombreux observateurs, cette nouvelle livraison discographique, c’est le coup parfait réussi par le reggaeman.

O. A. Kader

Laissez un commentaire