Une étagère sur laquelle trônent des photos, celles de Jennifer Lopez avec les enfants (de la chanteuse et d’Alex Rodriguez). Puis, l’image d’un cœur transpercé par une flèche et sur lequel on pouvait lire les prénoms « Jennifer et Alex ». C’est le contenu de la vidéo publiée jeudi dernier par celui qui est devenu depuis quelques jours l’ex fiancé de J-Lo.

Une vidéo qui traduit toute la peine de Rodriguez depuis l’annonce (officielle) de sa séparation avec la chanteuse. Mais finalement, on se demande s’il pouvait en être autrement. Car depuis le début de cette pourtant belle histoire d’amour entre A-Rod et Jennifer Lopez, un constat revenait régulièrement : Rodriguez n’a jamais pu se défaire de sa réputation de playboy.

Un fait qui avait le désagréable effet de déranger la chanteuse. Par conséquent, elle a beau essayer de se mettre au-dessus, elle ne parvenait pas à faire confiance à son homme. A ce propos, une amie de Jennifer révélait récemment : « Elle a été très malheureuse et ne pensait pas qu’il était dans ses intérêts de rester avec Alex (…) Ils essaieront d’être amis, ils se respectent ».

Ainsi, depuis le 15 avril 2021, l’histoire d’amour entre Jennifer Lopez et Alex Rodriguez a pris fin. Après quatre ans de relation, et à la suite de persistantes rumeurs d’infidélité. Ainsi donc, Jennifer Lopez, qui semblait avoir trouvé le bon mec, la personne rêvée pour le reste de sa vie, va devoir s’habituer à nouveau au célibat.

Même s’ils se sont engagés à rester des amis, rien ne sera plus pareil pour J-Lo. « Nous feront tout le nécessaire pour rester des amis. Nous continuerons à travailler ensemble et à se soutenir dans nos projets professionnels… » Et cela, un peu à cause des enfants. D’un côté, ceux de la chanteuse, les jumeaux Max et Emme ; et de l’autre, les deux filles de l’ex-champion de baseball, Ella et Natasha qui sont très attachées.

Pour Rodriguez, c’est l’histoire qui se répète. Après son mariage (en 2002) avec Cynthia Curtis, la mère de ses deux enfants, qu’il a rencontrée en 1996, il a du divorcer (en 2008) à la suite (déjà) des problèmes d’infidélité.

R. Jordan

Laissez un commentaire