C’est l’une des stars africaines des réseaux sociaux. Une de celles qui font frémir les internautes (les hommes en particuliers) avec leurs photos les plus belles et les plus torrides. Et la Gabonaise Jennifer Ondo ne fait pas dans la dentelle quand il s’agit d’en mettre une couche chaque jour.

 

Après avoir pénétré l’univers du show-business à Los Angeles, elle tente de se faire un nom. Entre ces activités mondaines, ses affaires, sa boîte de nuit, le Hollywood Night Club, dans la capitale du cinéma, elle a le temps d’alimenter ces comptes sur les réseaux sociaux. Avec des images plus sulfureuses les unes que les autres. Sa couleur préférée, le rouge, apparaissant dans la plupart de ses images. Sans oublier ses courbes ondoyantes bien en évidence. Heurtant souvent la sensibilité d’une partie du public.

   

Devant sa volonté d’imposer son image au haut lieu du 7ème art et la pesanteur culturelle de ses origines, elle est toujours la cible des critiques parfois acerbes. Comme ce commentaire : «Toi, c’est en dévoilant ton corps au monde que tu penses que t’es une personnalité publique ? Détrompes-toi. Tu n’apportes rien et le monde ne se souviendra jamais de ton existence ou de ton passage sur cette terre. Change de vie petite sœur» ! Ou encore cette autre réflexion : «La femme africaine n’a plus de dignité, pitié. Exposer son corps ainsi devient du commerce, quoi !» Et même si certains d’entre eux disent (à propos de son corps) «Ah la magie des opérations (chirurgicales)! », d’autres, en revanche, s’émerveillent devant la beauté de l’ex-miss Gabon (2013) : «Voici ce que moi j’appelle femme… », disent d’autres, des hommes… Evidemment !

 

R. Jordan

Laissez un commentaire