Avec ses courbes généreuses, une taille de mannequin et une bouille agréable et charmante, Kadhy Touré ne laisse personne indifférent. Et depuis qu’elle a mis les pieds dans le cinéma, elle bouleverse tout sur son chemin. Tenez, ‘’L’Interprète’’, le premier film qu’elle produit, décroche le prix du meilleur montage au Fespaco 2017. Le film reçoit un bon accueil du public et il est propulsé à la première place au Box-Office ivoirien. Le succès de ‘’L’Interprète’’ va au-delà des frontières nationales car il remporte des récompenses à de nombreux festivals. Productrice et coréalisatrice, Kadhy Touré incarne le personnage principal dans le long métrage. Courageuse et ambitieuse, elle ne finit pas de savourer la prouesse de son œuvre qu’elle se lance dans la réalisation du second volet. ‘’L’Interprète II’’ sort en août 2018. Au cinéma Majestic Ivoire, il enregistre le plus gros score parmi les films africains projetés. Il reste à l’affiche pendant un mois et totalise 8.350 entrées. « C’est un record ! Jamais, un film africain, de surcroit ivoirien, n’avait autant attiré de spectateurs, depuis des années. Pendant la même période, un seul film fait mieux que ‘’L’interprète II’’ en Côte d’Ivoire. Il s’agit de ‘‘Black Panther’’ de Ryan Coogler, avec un peu plus de 20.000 entrées », révèle un gérant de salle de cinéma d’Abidjan. Kadhy Touré est comblée : elle fait ce qu’elle aime et le résultat est au rendez-vous.

Etoile montante du 7è art ivoirien, la jeune femme entame sa carrière en 2008 comme actrice dans des films comme Le fruit non mûr”, “Signature”, “Aujourd’hui, demain, à jamais’’, “Extrême obsession et Brouteur.com. Le dernier cité est une série-télé qui la révèle véritablement au grand public. Mais elle ne s’en contente pas. « Si l’industrie cinématographique brasse des milliards sous d’autres cieux (Etats-Unis, Europe, Inde, Brésil…), il n’y a pas de raison qu’en Côte d’Ivoire, le cinéma soit relégué au second plan dans la chaîne de l’économie», estime-t-elle. Elle décide donc de prendre le taureau par les cornes. Elle monte en 2016 sa structure de production audiovisuelle : ‘’Brown Angel Entertainment’’. Diplômée en journalisme et communication doublée d’une formation en interprète des langues, Kadidjata Touré (à l’Etat-Civil) met à profit ses connaissances et se lance dans la production et la réalisation. Elle publie coup sur coup ‘’L’Interprète’’ et ‘’L’Interprète II’’ et elle n’est pas prête de s’arrêter. Elle veut s’aligner sur les brillantes carrières de ses idoles et illustres prédécesseurs tels Henry Duparc, Roger Gnoan M’Balla (Etalon d’Or 1993) et Lanciné Kramo Fadika (Etalon d’Or 1981).

O. A. K.

4/5 (2)

1 Comment

  • Posted 12/03/2019 - 08:04 08:04
    par Etonga

    Bravo ! Bonne continuation !

Laissez un commentaire