Le samedi 3 avril, il était 22h30 mn lorsqu’arrive sur la scène du palais de la culture l’artiste malien Balla Diabaté (le petit frère de Sidiki Diabaté) avec sa Kora pour accompagner Kerozen sur la chanson Victoire. Il n’y avait pas meilleur titre pour boucler ce concert baptisé  »Élévation ».

L’apothéose ! Anoumabo est en ébullition. Pendant que quelques spectateurs, qui avaient compris que c’était la fin du spectacle quittaient les lieux en chantant, les autres, et surtout les fans inconditionnels – en majorité les filles – continuaient à chanter en chœurs avec leur idole jusqu’à ce que Kerozen descende du podium.

« Victoire, c’est le résumé de ma carrière. C’est une chanson qui me définit. Je m’identifie à ce titre », nous relèvera Kerozen. Et comme il l’avait annoncé, la prophétie s’est accomplie : c’était le Gbêrozène (salle comble).

Dans une salle de 4000 places qui a refusé du monde, l’enfant de Yopougon-Siporex a ainsi gagné son second pari : celui de remplir la salle Anoumabo du Palais de la culture.

Après son entrée électrique sur la scène avec le titre Mon heure a sonnée, le chanteur couper-décaler a égrainé ses succès pendant près de 1h15mn : Le temps, Ça dépend, Maman, Tu seras élevé, Je pense à toi (une chanson dédiée à la Fondation Kerozen).

Sur le titre Marie Jo, l’artiste Ariel Sheney a fait son entrée, piano en bandoulière. Le mercure est monté d’un cran. Ensuite, après la chanson Abidjan Puissance, Kerozen marque une pause pour délivrer un message au public et aux hommes politiques présents dans la salle. « La Côte d’Ivoire est une et indivisible. Du nord au sud, de l’est à l’ouest en passant par le centre, partout où nous sommes, nous devons prôner la paix. Nous devons prôner le vivre ensemble. Nous voulons la réconciliation vraie et non une réconciliation hypocrite », a-t-il lancé en présence de l’ex-Première Dame, Simonne Gbagbo, du porte parole du ministre Amédée Kouakou, d’Asalfo, lead-vocal de Magic System et membre du Conseil économique et social… Ensuite, Kerozen enflamme la scène avec son tube Élu qui cumule déjà 7 millions de vues sur YouTube.

 

3 avril 2021, une date que l’artiste n’oubliera pas sitôt. Parce que son concert a été un succès éclatant, mais aussi parce qu’après le report à la suite du décès de l’ex Premier Ministre Hamed Bakayoko, son staff et lui ont dû déployer leurs efforts pour garantir la réussite de ce spectacle.

« Ce n’était pas facile pour nous lorsque nous avons reporté le concert. Kerozen n’avait pas le moral. Parce qu’il fallait reprendre toute la communication. Nous étions tous stressés », a révélé la productrice Emma Dobret. Mais après cet exploit, c’est un soulagement pour le chanteur : « Ce que je retiens de ce concert, c’est la confiance renouvelée du peuple. Les Ivoiriens étaient présents. Tous les partis politiques étaient également présents. C’est un signe pour une réconciliation », a confié Kerozen.

Avant d’ajouter : « Le Palais de la culture, c’est terminé ! Nous allons à la conquête d’autres salles plus grandes. Parce que nous avons refusé du monde. Les gens se piétinaient presque. Donc, pour moi, c’est bouclé le Palais de la culture. Deux fois double-brassard, c’est bon ainsi. La prochaine fois, nous serons au Sofitel Hôtel Ivoire ». 

Le lendemain dimanche, le jour de la Pâques, Kerozen s’est rendu à l’église pour dire merci et rendre gloire à Dieu pour la réussite et le succès de son show.

Charly Légende

Laissez un commentaire