C’est l’histoire de Konan Koffi, un jeune Baoulé. Il avait arrêté ses études au cours primaire pour retourner au champ. Aujourd’hui, Koffi, à qui son père a prédit qu’il sera député, veut faire des cours du soir. Il se rend à la mairie pour l’établissement d’un acte de naissance.

A l’état civil, il est reçu par une dame. Elle lui demande le nom de son père.

– Konan Kan, dit Koffi.

Quelques minutes après, il lui précise que son père est mort.

La dame s’énerve : « il fallait me le dire plutôt pour que je marque ‘‘Feu’’ Konan Kan. Ne me fais pas perdre mon temps ! ».

Après rectification, elle lui demande le nom de sa mère.

Alors Koffi répond : « mettez ‘‘Flamme’’ Konan Amoin, parce qu’elle est morte aussi ».

Laissez un commentaire