Instituée par les Nations Unies et célébrée le 11 octobre de chaque année, la Journée internationale de la jeune fille est souvent l’occasion d’hommage et de débats divers. C’était le cas notamment avec l’ONG Karat School Project (KSP) qui a marqué cette journée par une escale au collège Victor Hugo d’Adjamé à Abidjan, le 16 octobre dernier. Cette ONG qui promeut les activités féminines et milite contre la pauvreté chez la femme, est donc venue à la rencontre des jeunes filles de cet établissement secondaire.

 

Porteurs de bonnes nouvelles, les responsables de KSP et leurs invités ont animé deux menus séminaires à l’attention des élèves. Si sur le plan international, le thème général de la célébration de cette journée dédiée à la jeune fille est « La jeune fille : une force libre et inarrêtable », l’ONG KSP a plutôt choisi de développer deux sous-thèmes proches des adolescentes. Directrice d’agence de voyage, Mme Mélanie Kéomian a instruit ses filleules sur ‘’L’importance de l’éducation’’. Victime elle-même d’une grossesse précoce pendant ses années collège, Mme Kéomian a expliqué s’en être sortie grâce à son dévouement pour ses études. « L’éducation est le socle de l’épanouissement de la jeune fille. Le monde a besoin de femmes instruites mais sages. Ce n’est pas d’être rebelle », a-t-elle conseillé.

 

La seconde intervention a été prononcée par Mme Tiéoulou Epouse Guy, directrice de l’école Karat School Project. Doctorante en sociologie, elle a exposé sur le thème ‘’L’éducation sur les menstruations’’. « Il n’y a pas de honte à avoir les menstrues pour une fille. C’est même normal car les menstrues sont naturelles. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’elles marquent le passage de petite fille à femme », a-t-elle expliqué.

 

L’ONG Karat School Project n’est pas venue au collège Victor Hugo les mains vides. Des kits constitués de serviettes hygiéniques, du savon de Marseille et de l’huile naturelle végétale pour cheveux, ont été distribués aux filles ainsi qu’aux femmes de cette école.

L’année dernière, à la même époque, KSP a ouvert son premier établissement primaire à Allokoi, village de la commune d’Anyama, au nord d’Abidjan. Une école dont les frais de scolarité sont gratuits. Elle encadre des femmes qui fabriquent des produits utiles à base de matières naturelles. L’ONG Karat School Projet a été fondée par Mme Evelyne Kéomian. Absente du pays, elle a fait son intervention à travers une vidéo.

O. A. Kader

Laissez un commentaire