Avant Youssouf Fofana, Abdoulaye Traoré, Tiéhi Joël, Les Académiciens ou Didier Drogba, il y a eu Laurent Pokou. Il a été l’une des premières stars ivoiriennes du football à se hisser à un haut niveau professionnel dans les années 1970.

Ce grand homme décédé dimanche dernier a été un des dignes représentant du football ivoirien en France de 1974 à 1979. De lui, le roi Pelé disait en 1972 : «J’ai trouvé mon successeur. Il s’appelle Laurent Pokou. Il n’a qu’un défaut, il n’est pas Brésilien».

Arrivé tardivement en France en fin décembre 1973 (les autorités ivoiriennes refusaient de le laisser quitter le pays), il signe son premier contrat au Stade Rennais. Ancien attaquant vedette des Eléphants, Pokou est considéré comme l’un des plus grands joueurs africains de l’Histoire. Meilleur buteur de la CAN 68 avec 6 buts, ‘’l’homme d’Asmara’’ (comme on l’a surnommé en Ethiopie) récidive deux ans plus tard au Soudan en décrochant le titre de meilleur réalisateur avec 8 buts, notamment après un festival (5 buts) face à l’Ethiopie. Avec donc 14 buts en deux éditions, Pokou a détenu le record de buts marqués en Coupe d’Afrique des Nations pendant 38 ans. C’est le Camerounais Samuel Eto’O Fils qui a battu ce record  en 2008.

De son passage en France, il a laissé des traces indélébiles. Les Rennais se souviendront toujours de cet attaquant sans doute le plus brillant de tous les temps du Stade Rennais. Avec le club breton, Pokou ‘’le Duc de Bretagne’’ a inscrit 52 buts et délivré un paquet de passes décisives. Même si son passage à l’As Nancy (où il a formé un duo avec Michel Platini) n’a pas été mémorable, le football français se souvient toujours du grand buteur qu’était l’Empereur baoulé. «Les joueurs qui m’ont le plus impressionné ? Je ne vais pas faire dans l’originalité et citer Platini, Beckenbauer, Pelé, Giresse bien sûr, mais je n’ai jamais vu rien de tel que Pokou lors d’un Rennes – Saint-Étienne», selon l’arbitre français Michel Vautrot.

Le club breton reconnaissant a rendu un grand hommage à Laurent Pokou invité pour l’occasion à Rennes en Mai 2011. 

«J’aurais aimé gagner une Coupe d’Afrique des Nations pour mon pays. Ça n’a pas été le cas, mais j’ai été le meilleur buteur pendant 38 ans. L’un de mes meilleurs souvenirs, c’est qu’au stade de la Route de Lorient, en Bretagne, on a fait un salon d’honneur qui porte mon nom : c’est comme si j’étais immortalisé!», déclarait-il. Laurent Pokou avait 69 ans. Il était marié et père de cinq enfants.

Laissez un commentaire