Le quotidien français Le Monde a fait une belle fleur à Ariel Sheney vendredi en lui ouvrant sa lucarne. Une rencontre avec le chanteur du couper-décaler, un entretien soft au cours duquel Ariel a parlé de lui, de sa musique et de ses ambitions. On retiendra que l’auteur de ‘’Amina’’ veut s’inscrire dans la durée. Et surtout faire en sorte que les chansons couper-décaler résistent au temps. «Le problème du couper-décaler, c’est que les sons ne durent pas, ils passent vite », a-t-il déclaré.

R. J.

Laissez un commentaire