Cela fait près de dix ans que M. et Mme Mudenda veulent avoir un enfant. Mais en vain. Le pasteur de l’église de la ville de Ndola, là-bas, en Zambie leur a promis d’aider la dame à concevoir en priant pour elle. Et depuis un moment, à l’église, le pasteur prie pour cette femme.

La semaine dernière, au cours de la prière, à l’église, le pasteur s’est présenté devant Mme Mudenda et s’est mis à prier pour elle. Intensément. A un moment, il a posé les mains sur les seins de la dame. Puis, sur le bas-ventre et la partie intime, sous les yeux de M. Mudenda et des autres fidèles. Il insistait sur les mouvements des mains qui palpaient les seins de la femme au point d’irriter le mari qui a bondi furieux. S’en est suivi une confusion. Sans perdre de temps, l’homme est allé directement traduire le pasteur devant la justice.

Vendredi, au procès, c’est la dame qui a exprimé vivement son désaccord en menaçant de divorcer si son mari ne retirait pas sa plainte. «Les médecins gynécologues touchent bien les parties intimes des femmes sans qu’ils ne soient traduits devant les juges. Pourquoi le pasteur ? », disait-elle en répétant à son mari et devant sa famille : «Je cesserai d’être ta femme si tu ne retires pas cette plainte contre mon pasteur. Il est innocent ».Comme on dirait à Abidjan, éeh, affaire de pasteur !

C. S.

Laissez un commentaire