Accueil Les News Les Baobabs 2021 : Yasmina Khadra, le grand gagnant 

Les Baobabs 2021 : Yasmina Khadra, le grand gagnant 

1023
0

Publié en août 2020, le roman ‘’Le Sel de tous les oublis’’ de Yasmina Khadra a obtenu le Grand Prix à la cérémonie de récompenses littéraire ‘’Les Baobabs’’ qui s’est tenue le 15 novembre à la salle du cinéma Majestic à SOCOCE II Plateaux, à Abidjan. L’écrivain algérien est donc le premier lauréat des prix Les Baobabs de la littérature africaine et de sa diaspora.

L’histoire  de ce roman se déroule dans l’Algérie nouvellement indépendante de 1963. Mais elle résonne encore dans la réalité d’aujourd’hui. Son personnage central, Adem, voit sa femme le quitter pour un autre homme. Il la frappe. Elle part. Stupeur, incompréhension, mais aussi arrogance et naïveté chez Adem qui lâche brusquement son poste d’instituteur et part se soûler dans la ville où il a rencontré sa femme.

À partir de ce moment, déprimé et désagréable, il va vivre une errance durant laquelle il fait de multiples rencontres qui, doucement mais sûrement, vont le remettre sur les rails de la raison et de la déférence. En attribuant son premier prix à une œuvre majeure d’un auteur reconnu et traduit, l’Académie des Baobabs prend un bon départ pour la suite de son projet.

L’autre grand gagnant de la cérémonie est l’Ivoirien Jean-Pierre Essé qui a décroché le Baobab du premier roman avec son œuvre ‘’La queue de l’étalon’’. A côté des prix décernés aux meilleurs auteurs de l’année, l’Académie des Baobabs a institué le Baobab du meilleur lecteur. Et c’est Marie-Estelle Odelia Amadou Kouadio, élève de 3e au Lycée moderne 2 de Grand-Bassam, qui a été sacrée Baobab du meilleur lecteur. Elle a fait un excellent résumé de ‘’Sous l’orage’’ de Seydou Badian qui était programmé pour cette édition.

C’est une catégorie est réservée aux lycéens et collégiens de la 6e à la Terminale. Et la lauréate a reçu une enveloppe de cent-mille (100.000) FCFA. A l’instar de toutes les grandes cérémonies de récompense, Les Baobabs ont aussi leur section d’honneur et de reconnaissance. C’est ainsi que Les Baobabs d’honneur de cette édition de lancement sont allés à Bernard B. Dadié, Amadou Hampâté Ba et Amadou Koné.

Des attestations d’honneur ont également été attribuées à des hommes et de femmes de lettres qui œuvrent pour la promotion du livre. Ce sont notamment Maurice Kouakou Bandaman, Anzata Ouattara, Kramo-Lanciné Fadika, Mathurin Goli Bi Irié et Mariam Sy Diawara. Pour leur soutien constant aux activités littéraires, des journalistes et hommes de médias ont eux aussi été honorés : Le journaliste et écrivain Usher Aliman, le DG de RTI, Fausseny Dembélé, le DG du Groupe Cyclone, Ousmane Sy Savané et le DG de Top Visages, Emmanuel Tonga Béhi sont les heureux récipiendaires de ces objets d’art, des stylos taillés dans le bois sacré du baobab, l’arbre le plus vénéré d’Afrique.

« Je suis heureux de l’avènement de cette cérémonie des Baobabs de la littérature africaine et sa diaspora. Elle est motivatrice pour tous ceux qui ont une histoire à partager, et participera à la promotion de la littérature », a déclaré Tonga Béhi après avoir pris possession de son cadeau. Directeur du livre au ministère de la Culture et de l’Industrie des Arts et du Spectacle, Henri N’Koumo a eu des mots d’encouragement à l’égard de ce nouveau prix. « C’est déjà très intéressant de mettre le pied à l’étrier et la suite va venir. Ce qui est fait et qu’il est aussi juste d’encourager, c’est que tous nos grands auteurs doivent faire objet de mise en lumière constante », a-t-il souhaité.

Le baptême du feu du tout nouveau prix littéraire africain s’est déroulé dans une bonne ambiance. Entre les remises des trophées aux lauréats et des attestations de reconnaissance, il y a eu des intermèdes artistiques avec prestations de chanteurs et d’humoristes. La cérémonie a été également marquée par des jeux qui ont permis à de nombreux invités de repartir avec des livres.

Les Baobabs de la littérature africaine et sa diaspora sont pilotés par l’Académie des Baobabs que dirige le journaliste et écrivain Dramane Denkêss Kaboré. Pour mener à bien son activité, il s’est entouré de plusieurs compétences de la littérature, l’édition et le marketing.

O. A. Kader

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici