A 85 ans, 60 ans de carrière et 30 albums à son compteur, le célèbre saxophoniste camerounais Manu Dibango est toujours plein d’énergie et attaché à la scène. Il était d’ailleurs en concert les 26, 27, 28 juillet au festival les Escales de St-Nazaire, en France. Où il a d’abord enchanté les spectateurs avant de cracher des vérités à un certain public européen, qui a tendance à réduire le musicien africain au port du boubou et à la pratique de la kora et du djembé. « Je dis non ! C’est caricatural et réducteur de cataloguer ainsi le musicien africain, qui ne se résume pas du tout à ce cliché », a-t-il lâché au micro du reporter de RFI présent au spectacle.

Avant d’ajouter qu’il se considère comme un généraliste de la musique, pas un spécialiste. Donc ouvert à toutes les sensibilités et à toutes les expériences. La preuve, à St-Nazaire, il a proposé un cocktail de musiques africaines et caribéennes. Alors que prochainement à Paris, il sera en concert, accompagné par un orchestre symphonique.

                                                         Eric Cossa

Laissez un commentaire