Il était le dieu du football argentin. Diego Maradona est décédé ce mercredi 25 novembre 2020. La fin d’un parcours hors du commun. L’épilogue de l’histoire incroyable d’un gamin des faubourgs qui était devenu un roi avant de sombrer.

L’Argentine est en pleurs. Le football mondial est en deuil. Ce mercredi, le temps d’un instant, le cœur de la planète foot s’est arrêté de battre. Comme celui de l’un de ses génies, qui s’est arrêté définitivement.

Les réactions affluent de partout dans le monde. A commencer par les acteurs du foot. Footballeurs à la retraite et ceux encore en activité, entraineurs, dirigeants…

Diego Maradona, le plus grand joueur argentin de tous les temps a tiré sa révérence. La légende du football s’en est allée. A 60 ans. Un cataclysme de plus qui vient en rajouter aux effets sismiques d’une année 2020 qui n’en finit pas avec les secousses.

Ainsi est-il parti pour toujours ce grand gosse que l’Argentine appelait El Pibe de Oro : Le gamin en or. Depuis les faubourgs de Buenos Aires où son talent a très tôt explosé, il aura connu une carrière extraordinaire.

Comme il en rêvait quand il était enfant. A 12 ans, il disait : « J’ai deux rêves : disputer la Coupe du monde et la gagner.»

C’est ce qu’il réussit en 1986 lors d’une coupe du monde mexicaine qu’il éclaboussera de son talent. Avec, en quart de finale, un but ‘’malicieux’’, une main (‘’la main de Dieu’’) et un second but sur une action personnelle après une série de dribbles, qui sublimeront sa légende. Et Maradona demeurera pour l’histoire et pour l’Argentine un dieu.

Trop tôt lancé sous les projecteurs, le gamin n’aura finalement pas le temps de garder les pieds sur terre. Car à l’âge où ses petits copains de quartier admiraient les stars du ballon rond, lui, il était déjà porté par les ovations du public.

Si son passage à Barcelone ne laissera pas de grands souvenirs, son histoire légendaire avec Naples, son ascension et son déclin, marqueront son parcours.

 

Maradona est véritablement au sommet de son art entre 1986 et 1990. Pendant cette période, il remporte la coupe du monde avec l’Argentine (1986), emmène Naples à son premier titre de champion d’Italie à l’issue de la saison 1986-1987 (avec un doublé coupe-championnat). Il offre son second titre de champion aux Napolitains à la fin de la saison 1989-1990 devant Van Basten, Frank Rijkaard et le Milan AC. Entretemps, il gagne la Coupe de l’UEFA avec Naples en 1989.

L’ex star d’Argentinos Juniors et de Boca Juniors domine le monde du football. C’est lui le roi. Mais, inexorablement, les frasques du joueur vont alors monter en surface et sonner le glas d’une brillante carrière.

D’abord contrôlé positif à la cocaïne à l’issue d’un match contre Bari, en 1991, Diego est suspendu 15 mois. Il rentre en Argentine. Là-bas, il est pris en possession de la drogue et est condamné à 14 mois de prison avec sursis. Ses déboires vont s’enchainer jusqu’à la coupe du monde aux Etats-Unis en 1994. Et même au-delà…

Après le Fc Séville (1992-1993), il terminera sa carrière aux Newell’s Old Boys (93-95) et à Boca Juniors (95-97).

Ensuite, devenu entraineur, il dirigera la sélection de l’Argentine entre 2008 et 2010. Il entraînera plusieurs club argentins un club de Dubaï (Al Wasi) et une autre équipe des Emirats (Al Fujairah Fc). Le dernier club dont Maradona était entraineur avant sa mort restera Gimnasia La Plata, en Argentine.

R. Jordan

 

Laissez un commentaire