« M. Joseph Ilboudo, au nom du président de la République, je vous fais Officier de l’ordre du mérite culturel ivoirien ». Ces mots de la bouche du ministre de la culture et de la francophonie, Maurice Kouakou Bandaman, ont certainement eu une teneur particulière dans l’oreille de Saint-Joe le 12 mars dernier à la Place Léon Robert du Palais de la culture. Depuis plus de 50 ans de métier, c’est la première fois que le travail du célèbre couturier est reconnu par l’Etat de Côte d’Ivoire. Saint Joe peut faire siens désormais le dicton ‘’Il vaut mieux tard que jamais’’ ou encore ‘’la patience est un chemin d’or’’.

Le 13 décembre 2013, de nombreux observateurs avaient été surpris de l’absence de Saint-Joe de la liste des décorés par la Grande chancelière Henriette Dagri Diabaté dans les catégories culture et médias. Ce jour-là, les mérites de  Pathé’O, Angybell, Michèle Yakice, Miss Zahui, Ciss St-Moïse, Gilles Touré, Alpha Sidibé, ainsi que George Taï Benson, Akissi Delta et d’autres avaient été reconnus.

Tout comme le 6 février dernier, lors de la rentrée culturelle, quand le ministère de la culture et de la francophonie a élevé de nombreux créateurs aux rangs de Commandeur, Officier et Chevalier, omettant le patron de ‘’La ligne du temps’’. Le 12 mars dernier a donc été une juste reconnaissance pour St-Joe qui était parmi les 8 créateurs décorés par Maurice Kouakou Bandaman.

De la génération des Pathé’O et Jimmy, le couturier Saint-Joe est diplômé de l’Académie internationale de la Coupe de Paris depuis 1977. Spécialiste de la couture homme, il fait partie des meilleurs stylistes du continent. Promoteur d’une ligne pure avec des finitions impeccables, Saint-Joe conduit sa maison de couture dans la discrétion.

De nombreux hommes politiques, hommes d’affaires, avocats de grande renommée et des patrons de sociétés s’habillent chez lui. Mais, il n’en parle jamais. « Je suis très content que l’Etat de Côte d’Ivoire reconnaisse mon travail. Je ne savais pas qu’on me suivait dans l’ombre. Vraiment, cette reconnaissance me va droit au cœur. Mais, c’est en même temps une invite à ce que je redouble d’efforts et que je continue à encadrer les jeunes. Je remercie sincèrement le ministre Maurice Kouakou Bandaman qui a pensé à moi. Qu’il traduise également mes remerciements à l’état de Côte d’Ivoire pour cette reconnaissance », a déclaré Saint-Joe après sa décoration.

O. A. Kader

Laissez un commentaire