Ah le confinement ! Cette situation à laquelle nous a contraint ce satané coronavirus nous en fait voir de toutes couleurs… de toutes sortes d’histoires. Et le constat est que la plupart des histoires vécues en cette période tournent autour du sexe. Comme ce que vit en ce moment une dame au Nigéria.

Là-bas, à Abuja, elle est désemparée depuis quelques jours. Dépitée, la dame n’a pas trouvé d’autres voies que les réseaux sociaux pour exposer son drame.«Je suis sur le point de commettre un meurtre parce que je n’ai jamais été aussi en colère », commence-t-elle.

Dans son récit, elle révèle que depuis le début du confinement, son mari a amené sa petite amie dans leur maison à son insu.

« Nous avons un appartement de deux chambres. Et dans notre sous-sol, il y a une sorte de chalet d’hôtes que mon mari utilise toujours quand il fait des recherches, écrit des livres et lit pour des examens professionnels. Parfois, lorsque nous avons des visiteurs qui viennent de l’extérieur du pays, nous les hébergeons là. L’endroit est comme une maison d’hôtes bien meublée avec tous les ustensiles de cuisine.  Mon mari avait donc préparé son plan : c’est-à-dire, installer sa maitresse dans l’appartement des visiteurs, au sous-sol.

Et, avant de venir, la fille a fait une bonne provision. Elle a acheté des vivres, tous les produits alimentaires. Elle est a apporté ses vêtements et est entrée ici sans que personne ne la voie. Elle a été donc installée dans la maison des visiteurs. Un jour, j’ai remarqué que mon mari était resté trop longtemps au sous-sol. Il m’a dit qu’il travaille actuellement sur l’écriture de son livre. Il avait donc besoin de temps tranquille loin des enfants. Je ne me doutais de rien. Ce jour-là, j’ai fini de cuisiner et j’ai décidé de lui apporter sa part, question de lui faire une agréable petite surprise là-bas.

En arrivant à l’appartement, j’ai d’abord senti l’odeur de la nourriture. Et là, je vois mon mari et sa maitresse nus et endormis dans le divan du salon. Ils avaient mangé des aliments cuisinés par la fille. J’ai fait le tour de la maison et j’ai vu les affaires de la fille : ses vêtements, ses chaussures et ses produits de toilette dans la chambre. Et j’ai crié. Aussitôt, ils se sont précipités dans la chambre et là, ils se sont trouvés nez à nez avec moi. J’ai sauté sur lui et j’ai commencé à le battre. Ils étaient tous les deux nus. Je me sens tellement blessée et trahie !… Introduire sa maitresse chez moi est une énorme gifle pour moi, pour ma condition d’épouse.

Maintenant, le problème est qu’elle ne peut pas partir car Abuja est bouclé. Personne ne peut sortir. Comment gérer cela ? Va-t-elle rester ici pendant 14 jours ? J’ai envie de les tuer tous les deux à présent. En plus, mon mari dit que la fille est enceinte et a insisté sur le fait qu’elle ne pouvait pas rester seule pendant le confinement. Ils ont donc décidé tous les deux de venir et de rester dans l’appartement du sous-sol. Quelqu’un peut-il me dire quoi faire avant que je ne les tue tous les deux ? »

Laissez un commentaire