Depuis le 12 février 2020, un collectif baptisé S’unir pour la Côte d’Ivoire a été mis en place à Paris. Avec pour président Moussa Diarrassouba, ce collectif regroupe des présidents d’associations, Ong, fédérations, leaders d’opinion et des Ivoiriens des toutes tendances politiques.

« Nous avons jugé qu’il est important d’avoir une cohésion entre les frères et sœurs Ivoiriens de France. C’est ce qui nous a motivé à créer ce collectif rassembleur », explique le président Diarrassouba.

Le collectif S’unir pour la Côte d’Ivoire compte déjà près d’une trentaine d’adhérents. Et, au mois de septembre, il va poser une première grande action dans la capitale française.

«C’est le tournoi communautaire de football que nous allons organiser à la mi-septembre et intitulé ‘’La coupe nationale des Ivoiriens de France’’ (CONIF). Cette compétition va se dérouler sur une journée. Il y aura 5 groupes composés d’équipes masculines et féminines issues des différentes régions de la Côte d’Ivoire », révèle-t-il.

Le programme prévoit également « dans la soirée, un diner gala avec les prestations de plusieurs artistes dont Gadji Céli, qui s’est déjà engagé pour la réussite de cet événement.»

A cette occasion, Moussa Diarrassouba lance un appel : « Nous invitons toute la diaspora ivoirienne à venir célébrer l’unité nationale, célébrer notre diversité idéologique, ethnique et religieuse. Les uns et autres doivent désarmer les cœurs parce qu’avant et après les élections, il y a une vie. Le mur de la méfiance doit être brisé, nous sommes des frères et des sœurs.»

Présent à Abidjan, Diarrassouba, également président de la diaspora d’Anyama (LADIDA), va profiter de son séjour pour faire des dons aux sinistrés de l’éboulement qui a eu lieu récemment. Il offrira aussi du matériel aux services de santé de l’hôpital d’Anyama.

Charly Légende

Laissez un commentaire