«C’est l’un des meilleurs spectacles afro auxquels j’ai assisté ces dernières années sur la place parisienne. Il a fait le plein de la Cigale et il a assuré. C’est un pro.» C’est propos de Pheel Le Montagnard d’Africa N°1 résume le sentiment général des privilégiés du Concert de Meiway le 10 Février dernier à la Cigale de Paris. Pour ce grand retour sur scène parisienne (en terme de Concert), Le Génie de Kpalèzo n’a pas fait dans la dentelle.

Plusieurs semaines avant, le public parisien a été chauffé par une grosse promotion sur la bande FM parisienne et une campagne d’affichage. Le tout entretenu par un bel album « Illimitic ». Le résultat ne s’est pas fait entendre. Le spectacle était à guichets fermés. Presque tout le gotha du monde du showbiz black parisien était au rendez-vous. On pouvait reconnaître, entre autres, La Marraine de Clignancourt, Henri Katié, Robert Brazza, Hortense Assaga, Gadji Céli, Serge Kassy, Eugène Irabet, Manu Dibango, Dékiss, Pheel Le Montagnard. Tous étaient là, à la Cigale, pour apprécier les performances du dernier des Fédérés. Près de deux heures de spectacle non-stop où le Professeur Awôlôwô a passé en revue les standards de son répertoire. Ces chansons qui l’ont hissé au sommet des hits parades ces dernières décennies. C’est d’abord avec « Biboya » un titre de son dernier album (Illimitic) qu’il a démarré le show avant de boucler avec «Ma folie». «Roulé Moutou», « Miss Lolo», «200% et 300% Zoblazo», «Voilà String» et autres ont eu le temps d’enflammer la salle. En véritable bête de scène le chanteur a donné un spectacle à la fois show et millimétré. Tout était cordonné parfaitement. En symbiose avec ses danseuses et son orchestre le Zo Gang. Tout ça en communion avec le public très varié. On y retrouvait certes des Africains (Ivoiriens et Camerounais en tête), des Français. Le Génie a fait le show du début jusqu’à la fin, même si ses danseuses, quelque peu timorées parfois, n’arrivaient pas à rivaliser d’énergie avec Meiway. A voir une telle performance, il n’y pas lieu de dire «Les Vieux quittez». Au contraire, on dira les «petits kakaba», au lit. 

 

Carino DE DIMI

 

carino_ad@yahoo.fr

Laissez un commentaire