Près de trois mois après le scandale de la fausse résurrection, Celeste Lukau, la femme du célèbre pasteur sud-africain d’origine congolaise, brise enfin le silence. Terrés chez eux pendant un moment et refusant de parler aux médias, le pasteur et son épouse se remettent progressivement de cette affaire qui a gravement écorné l’image de l’église Alleluia Ministries International. Cette semaine, alors que le procès et les enquêtes sur cette affaire se poursuivent, Celeste Lukau s’est résolue à répondre aux questions de la presse sud-africaine. D’abord, elle a dit à quel point cette affaire a durement affecté leur vie et celle de leurs cinq enfants. « Nos enfants ont été traumatisés. A l’école, leurs camarades se moquaient d’eux. Ils rentraient à la maison en pleurant. Et, à chaque fois, ils nous demandaient ce que nous avons fait pour que tout le monde se moque d’eux. Leur père devait les faire asseoir un à un et leur expliquer.»

Celeste Lukau, qui dirige l’administration de l’église depuis son siège social à Sandton, a, à plusieurs reprises au cours de l’entretien, dénoncé ce qu’elle appelle « la haine et le mauvais jugement du peuple qui a fait très mal à sa famille.» Concernant cette fameuse ‘’résurrection’’, elle s’est contenté de dire « mon mari n’est pas un faux prophète, pas du tout. Beaucoup de personnes ont témoigné au sujet des prophéties et du don de guérison de mon mari. » Elle est même allée plus loin, comparant son mari à Jésus‚ elle a déclaré : «il a été crucifié pour avoir aidé à guérir les autres.» Des propos qui viennent cependant en contradiction du communiqué que l’administration de l’église a diffusé il y a quelques semaines et qui disait : « Le pasteur (Lukau) n’a, à aucun moment, prétendu qu’il avait ressuscité la personne montrée dans la vidéo et identifiée par sa famille comme étant Elliot (…) Avant même de prier pour Elliot, le pasteur Alph a déclaré qu’Elliot respirait.»

C. Simba

Laissez un commentaire

WhatsApp chat