Accueil Mode Pathé’O : 50 ans, et ce n’est pas fini !

Pathé’O : 50 ans, et ce n’est pas fini !

174
0

Depuis le samedi 29 mai 2021, Pathé’O a entamé la célébration de son cinquantenaire dans la mode. Oui, 50 ans que ça dure ! Mais, le célèbre couturier n’est pas près de s’arrêter. Pour l’habilleur de Nelson Mandela, l’histoire continue. Et quand on lui demande qui il aimerait habiller après 50 ans, il répond : « Tout le monde ».

Et la suite dans son métier ? « Notre métier est un perpétuel recommencement. A peine tu finis de coudre un habit, tu dois réfléchir à un autre et ainsi de suite. Vous savez, la mode, c’est ce qui est démodé. 50 ans, ce n’est plus d’actualité. C’est demain qui compte », soutient-il.

 

Cette cérémonie marquant les 50 années de cet homme dans la couture avait pour cadre le nouveau siège de son entreprise situé à Abidjan Riviera Triangle. C’est une grande bâtisse flambant neuve qui abrite tous les compartiments de la Maison Pathé’O. Devant l’édifice avec ses lettres capitales dorées scintillant sur le mur, était installé, pour l’occasion, un majestueux podium.

De part et d’autre de ce T, de nombreux invités parmi lesquels des représentants des missions diplomatiques, des ministres, des hautes personnalités, des hommes d’affaires, des artistes… tous venus témoigner leur reconnaissance à celui qu’on appelle affectueusement dans le milieu, Papa Pathé’O. La grande famille des créateurs, en particulier, est venue en nombre pour célébrer un modèle de réussite et fierté dans leur milieu.

   

Une délégation officielle venue du Burkina était là également pour soutenir le ‘’Ciseau d’Or 1987’’. Et c’est avec une joie non dissimulée que M. Siméon Sawadogo, ministre burkinabè de l’Environnement et chef de la délégation a dit à l’adresse du couturier : « Les chefs de ton village nous chargent de te remettre cet arsenal de combat, pour te dire que la bataille continue, ce n’est pas le moment de baisser les bras».

Pour commencer cette fête, Pathé’O, le maitre d’œuvre, a dévoilé ce qu’il sait faire de mieux. D’abord, un défilé inédit avec les anciennes gloires du mannequinat en Côte d’Ivoire. Ensuite, une autre présentation vestimentaire de la nouvelle collection du génie du ciseau avec tout ce que la Côte d’Ivoire comprend de top models. Enfin, bien que célébré, Pathé’O a su, à son tour, manifester sa gratitude vis-à-vis de ceux qu’on appelle les petites mains. Ces employés qui bossent avec le maître. Tous ceux d’entre eux qui ont fait plus de 10 ans dans la Maison Pathé’O ont reçu des certificats de reconnaissance pour leur fidélité et leur engagement.

 

Et pour avoir tenu pendant 50 ans dans la couture, Pathé’O a mérité la reconnaissance de la Côte d’Ivoire. A travers une décoration dans l’Ordre national, que lui a remise Mme Harlette Badou Kouamé N’guessan, ministre de la Culture et de l’Industrie des Arts et du Spectacle. « M. Ouédraogo, Directeur général de la Maison Pathé’O, au nom du président de République et en vertu des pouvoirs qui nous sont conférés, nous vous faisons Officier de l’Ordre national de Côte d’Ivoire. »

50 ans passés à créer et habiller le monde, Pathé’O veut désormais transmettre son expérience et apporter son soutien à la jeunesse. C’est pourquoi il a créé une fondation. La Fondation Pathé’O prolongera et perpétuera la générosité de cet homme en faveur des jeunes qui veulent faire carrière dans le métier de la création vestimentaire. Sa mission est d’accompagner et de valoriser le travail des jeunes stylistes africains, valoriser les tissus locaux, alphabétiser les jeunes créateurs qui n’ont pas eu la chance d’aller à l’école…

 

C’est un projet immense porté par son secrétaire générale, Daniel Lin, un ami de longue date du créateur. L’importance de toute cette œuvre n’a pas échappé à Mme la ministre de la culture : «Pathé’O est un exemple, un modèle de réussite pour la nouvelle génération de créateurs de mode ivoiriens qui à leur tour, devront mettre son exemple en valeur par la formation et la professionnalisation, remplissant ainsi les conditions d’une véritable industrie de la mode, compétitive et performante à l’échelle internationale », a-t-elle souhaité.

Le cinquantenaire de Pathé’O est également marqué par la publication d’un livre biographique signé Cheick Yvhane. Ce même samedi, le journaliste-écrivain a dédicacé ses témoignages exclusifs sur la vie du couturier. Intitulé ‘’Pathé’O, de fil en aiguille’’, l’œuvre est un ouvrage collector qui retrace en 164 pages, les faits et témoignages, le parcours de l’un des créateurs africains les plus illustres et créatifs.

Au cours de cette soirée de célébration, les invités ont visité la nouvelle Maison Pathé’O. Un cocktail dinatoire leur a été servi ensuite. Un feu d’artifice a illuminé la nuit abidjanaise pour marquer cet évènement qui compte dans la carrière de cet homme et aussi dans celle de nombreux créateurs africains.

En toute fin de cérémonie, et presque dans l’intimité, les employés du créateur, lui ont font une belle surprise. Ils ont dévoilé le gâteau d’anniversaire des 50 ans. Et là, entouré de ses fidèles amis de toujours, Pathé’O a soufflé sur la bougie. Puis, on a dégusté le gâteau et fait péter le champagne.

Omar A. K.

Photos : Sécrédou Pascal

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici