Excédé par les polémiques, violences verbales et les attaques gratuites dans le milieu de la musique congolaise, Fally Ipupa a réagi vivement. El Mara ne comprends toujours pas cette manière qu’ont les artistes de RDC à s’illustrer par des insolences.

Le ndombolo est arrivé dans la musique congolaise en empruntant la démarche du vieux gorille du zoo de Kinshasa (décédé depuis) et qu’on appelait Vieux Marcel. Mais à une époque où la marche irrésistible de Laurent Désiré Kabila venait de chasser Mobutu du pouvoir, certains avaient également assimilé cette danse à la démarche de cet homme trapu qui avait fait tomber le Maréchal.

Quant au ndombolo, il connaîtra un succès fulgurant. Mais en même temps, cette danse et cette musique de la nouvelle génération kinoise va laisser éclater des rivalités, des guerres de clans. Avec, comme point de départ, l’éclatement du célèbre groupe Wenge Musica. JB Mpiana est parti avec une branche (Wenge BCBG Les Ange Adorables) et Werrason a gardé l’autre partie qu’il a appelée Wenge Musica Maison Mère. Depuis cette période, la guerre a commencé entre les frères de l’ancienne formation. Des attaques incessantes (à travers les médias et les chansons), des clashes, etc. Ce cycle a contaminé la nouvelle génération qui en fait désormais ses choux gras.

Devant toutes les polémiques et les violences verbales constatées dans le milieu de la musique congolaise depuis quelques années, Fally Ipupa a exprimé récemment son ras-le-bol. Lors d’une interview sur la plateforme Youtube, il a laissé entendre que nul n’a le monopole de l’insolence. « J’ai des munitions pour devenir insolent et attaquer tout le monde », a-t-il dit.

Dicap La Merveille avait déjà tiré la sonnette d’alarme il y a quelque temps. En décembre 2018, notamment, après que Carine Monkozi ait attaqué la femme de Werrason, il a dit : « Je suis contre les polémiques et je voudrais être clair sur ce point. Nous devons laisser nos femmes et nos enfants loin de ça. Les gens qui disent des méchancetés sur les réseaux sociaux ne savent pas comme ces choses sont dangereuses».

Mais, plus le temps passe, plus les insolences, les attaques se multiplient. C’est ce qui a amené Fally à pousser un grand coup de gueule il y a quelques jours. « La personne qui s’attaque à ma famille, elle va le payer ! », a-t-il prévenu en ajoutant : « Si tu touches à ma famille, il n’y a pas de pardon ».

Mais, comme on dit, « Y’a rien dans palabres ». Et ça, les jeunes chanteurs devraient le comprendre, eux qui s’attaquent parfois même aux plus anciens. Attention, cependant,« on ne demande pas son âge à une personne armée», disait Mopao Mokonzi.

Le vieux gorille a disparu avec sa démarche et ses singeries. Il serait temps que les faiseurs de ndombolo et la nouvelle génération d’artistes fassent disparaître les grimaces et les clashes qui n’apportent rien à la musique congolaise.

C. Simba

 

Laissez un commentaire