L’intervention de Gims samedi lors du concert de Fally Ipupa, au Sofitel Abidjan hôtel Ivoire, a fait réagir dans le milieu du show-biz rd-congolais. Avec, notamment, le commentaire de Celeo Scram.

Connu pour être un ennemi de El Mara, Celeo a estimé que, par sa présence, Gims a rendu un grand service à Fally. Selon lui, « C’est comme Messi venait regarder Trésor Mputu dans un match du TP Mazembé… » En d’autres termes, pour lui, Gims, c’est Messi, et Fally est Trésor Mputu.

C’est ça le Congo, le pays des piques permanentes entre les artistes. On se clashe chaque jour, on rabaisse la valeur ou travail de l’autre. Et on est prêt à se taper (toujours) la poitrine pour montrer qu’on est plus fort par rapport à un autre ou qu’on détient la paternité de telle ou telle création.

Ici, on n’hésite pas à comparer les artistes, leurs talents et leur niveau de popularité. Et les chanteurs semblent se complaire dans ce jeu en se dénigrant entre eux. Tout est fait par rapport à l’autre.

En tout cas, au Congo, les comparaisons sont un mode de vie. Presque qu’une mode. Dans ce pays où la sape est une religion, on compare systématiquement les vêtements pour savoir qui a porté la tenue la plus griffée et la plus chère. Top Visages Live a pu voir, à Kinshasa, des jeunes gens aller en boite de nuit sapés dans des tenues de marques tout en laissant en évidence l’étiquette du prix du vêtement. Question de montrer qu’ils portent du tout neuf et de laisser voir (en même temps) la griffe de ce qu’ils portent.

On se souvient qu’après la chute de Papa Wemba à Abidjan, le 24 avril 2016, certains n’ont pas hésité à braquer l’attention sur la tunique (rare) de Dolce Gabbana que portait le M’Zé sur scène ce soir-là.

Plus récemment, en juin dernier, lors du procès de Vital Kamerhe à Kinshasa, on a assisté à un fait ahurissant. Après la comparution de Soraya Mpiana (fille de JB Mpiana et belle-fille de Kamerhe), ce qui a retenu l’attention de la plupart des Congolais, c’est la robe que portait la jeune femme (Voir photo ci-dessous).

On a pu lire dans les médias que : « Soraya Mpiana a porté la même robe que la princesse Béatrice d’Angleterre ». Comme quoi, même si ce procès (diffusé en direct à la télévision) était important, les vêtements des personnes qui se présentaient à la barre étaient également scrutés par le public.

C. Simba

 

Laissez un commentaire