Dans la matinée du samedi 3 avril, quelques heures avant son concert, Top Visages live a rendu visite à Kerozen. C’est dans la Suite 1106 du 11ème étage de l’hôtel Pullman que le chanteur s’était retiré pour sa mise au vert. A notre arrivée, il nous a accueillis tout souriant. Visiblement, même s’il était en pleine concentration, le môgô était zen…

Dans le somptueux appartement, on pouvait voir exposées les tenues que Kéro allait porter pour son spectacle. Avec, bien en évidence, celle prévue pour son entrée sur la scène. Mais le plus curieux, c’est que dans ce petit palace, la climatisation était arrêtée.

Non pas qu’elle ne marchait pas, mais l’explication était simple. « Vous voyez, les gars, je dois chanter ce soir. J’ai donc arrêté la clim parce que ça peut casser ma voix. Je reste dans une température ambiante. Car je dois faire exploser le Palais de la culture », lance-t-il avec l’humour qui le caractérise.

Nous rigolons tous ensemble. Alors qu’il était en train de peler une banane douce pour faire du bien à sa gorge (c’est bon pour roder la voix), son téléphone n’arrêtait pas de sonner. « Ce n’est pas facile », murmure Kerozen. Il regarde le numéro appelant, mais ne décroche pas. Priorité aux appels urgents.

Malgré la bonne organisation du concert pilotée par Vino l’ambassadeur et sa productrice Emma Dobret, l’artiste était constamment sollicité et consulté pour décanter centaines situations. « C’est ça les réalités. Je suis obligé de m’impliquer jusqu’au bout. Et ça, je le fais depuis que nous avons lancé ce concert », relève le chanteur couper-décaler.

Quelques heures plus tôt, l’ex première Dame, Simonne Gbagbo, a confirmé sa présence. Du coup, il fallait prévoir une disposition particulière. Vers 13h, l’équipe de Danistore a fait son entrée dans la suite pour remettre deux costumes et une paire de chaussures à Kerozen qui est l’un des ambassadeurs de la maison.

Sans tarder, l’artiste s’est apprêté pour une séance de shooting avec son photographe du jour, Adriel Boka et le réalisateur Andy Shakur (Pour le making off). La vidéo sera être projetée dans la salle du Palais de la culture, avant l’arrivée sur scène du chanteur. Il fallait donc accélérer le travail car chaque minute qui passait était précieuse.

À 15h, Top Visages Live a pris congé de Kerozen afin d’aller prendre place au Palais en attendant l’arrivée de la star du 3 avril.

Les gros bras humilient des artistes

La fausse note du concert de Kerozen, c’est le comportement des gros bras chargés de la sécurité du spectacle. Certains d’entre eux, très zélés, ont même expulsé du back stage, de manière agressive, les artistes DJ Jacob, DJ Luciano, Papa Roger, Elvis Inspiration Divine, DJ De Versailles…

« Nous avons été invités par Kérozen. Il doit nous présenter sur le podium. J’ai même un t-shirt à lui remettre », expliqua Papa Roger, Président des disc-jockeys de Yopougon. « On s’en fout ! », lui répondit le gros bras qui continuait de les pousser tous vers la sortie.

Mais, au nom de la confraternité, dans la même soirée après son concert, Kerozen leur a présenté ses excuses pour les désagréments. « C’est la famille, j’ai réglé cette affaire », assurera plus tard le chanteur.

Le Molare sur scène avec des liasses de billets de banque

Le Molare a encore fait parler de lui pendant le concert de Kerozen. Lorsque l’artiste a lancé la chanson Abidjan Puissance, le patron de M Groupe a débarqué sur la scène avec des paquets de billets de banque. Alors s’en est suivi un torrent de  »travaillement » sur Kerozen, ses danseurs, ses musiciens et la sécurité du podium.

Malheureusement, à sa descente, Le Molare avait dû mal à se frayer un chemin. C’est à moment qu’un pickpocket s’est débrouillé pour lui voler son téléphone portable. Mais grâce à la vigilance et à l’efficacité des agents de sécurité, le voleur a vite été appréhendé et copieusement bastionné.

Trois bus de 70 places

Après le concert, 3 bus de 70 places ont retrouvés leurs occupants. Il s’agit des fans qui ont organisé des convois pour prendre part au concert de leur idole. Deux de ces cars sont venus de Yopougon et l’autre d’Abobo. Tous sont répartis en chantant en chœurs les chansons de Kerozen.

Charly Légende

 

Laissez un commentaire