Ce samedi 15 juin à la salle Kodjo Ebouclé du palais de la culture (18h), Alain Tailly, ancien DG du Burida et du CNAC remonte sur la scène dans le costume de Tailly Glôhi. Il sera entouré de ses camarades ou plutôt de ‘’ses’’ enfants de ‘’L’Ecole des poètes’’. Ensemble, ils iront à la recherche de l’objet perdu : le Bissa. « Cette recherche est présentée sur scène comme un spectacle avec une histoire qu’on raconte. Tout se passe autour de l’histoire du Bissa. Dans la tradition africaine, c’est l’instrument qui soutient et rythme la parole. C’est la queue de bœuf. A la recherche de laquelle les jeunes poètes vont développer leur narration appuyée par le maitre Tailly Glôhi. Comment on retrouve le Bissa ? Et grâce à cet objet, on peut maintenant professer la parole », explique Alain Tailly. Le spectacle d’une heure et demie présente une trame où chacun est appelé à écrire sa légende personnelle, à avoir un nom et à développer autour de ce nom-là sa carrière artistique. Intitulé ‘’Nuit des Légendes de père en fils’’, le show de ce 15 juin est la conclusion de six années de travail commun autour de la poésie. « J’ai estimé que les jeunes poètes étaient arrivés à maturité et qu’on pouvait maintenant faire quelque chose ensemble. C’est pour cela qu’on a intitulé le spectacle de père en fils. Une façon pour nous de dire que c’est important de perpétuer la chaine des générations. Nous avons le devoir de transmettre le flambeau aux plus jeunes », estime M. Tailly.

‘’Nuit des Légendes de père en fils’’, c’est aussi la rencontre d’Alain Tailly avec ‘’L’école de poètes’’ en 2013. Un groupe d’étudiants amoureux de poésie. Ils ont décidé de monter une école informelle en réunissant tous ces jeunes épris de poésie chaque premier samedi du mois dans un lieu et en faisant venir un maitre pour leur dispenser des cours théoriques et pratiques en matière de poésie. C’est comme ça que l’école est née. « Six ans, je pense qu’elle a grandi. On a réalisé de bonnes choses ensemble », se réjouit maitre Tailly. Cette école des poètes a favorisé la création d’un concours de poésie doté du prix Mariam Sy Diawara en 2013 et la production d’une émission télé en 2015. L’émission est passée sur RTI2 pendant deux saisons. Tous les 2è samedis du mois, il y avait aussi une scène à Bingerville. Après, il en a découlé ‘’Ecritude’’, un spectacle de poésie qui a s’est déroulé le 7 décembre 2018. C’est la somme de toutes ces expériences que les poètes déclameront sur la scène ce samedi 15 juin.

O. A. Kader

Laissez un commentaire