Gbi de Fer est amer. Il a tenu à exprimer son mécontentement devant l’absence dit-il, de financement d’aide à la création artistique en Côte d’Ivoire «Nous faisons depuis des années la promotion du théâtre en Côte d’Ivoire. Mais nous sommes laissés pour compte. On n’a aucun soutien.

J’ai déposé depuis des années plus de quatre demandes d’aide à la création auprès du ministère de la culture. Elles sont toutes restées sans suite», déplore t-il. Avant d’ajouter «Les gens préfèrent financer les projets qui viennent de l’extérieur. Alors que cet argent là est bien celui du contribuable ivoirien que nous sommes. Qu’on nous dise alors si on veut voir mourir la culture dans ce pays». Le comédien écœuré ne démord pas «Je ne comprends vraiment pas ce mépris. Les gens aujourd’hui sont prêts à financer les projets de personnes qui passent leur temps à les applaudir. Comment comprendre que pour la période de l’année 2016 seulement un budget de 700.000 frs a été dégagé pour la relance du théâtre dans ce pays. C’est une insulte pour notre corporation. Nous sommes tout de même des ambassadeurs culturels», s’insurge t-il .

«Depuis belle lurette je fais mes tournées à travers le pays avec ma troupe le Djéli Théâtre sur fond propre. Et chaque année cela me coute des millions. Personne ne se pose la question de savoir ou je trouve l’argent», s’interroge t-il avec amertume.

Le Djéli théâtre qui a plus de 25 ans d’existence prépare en ce moment une tournée dans une dizaine de villes de l’intérieur du pays «Je fais tout cela parce que je veux donner une bonne image aux artistes que nous sommes. Et montrer que dans ce pays le théâtre vit», dit le Général Gbi.

Le comédien devenu responsable de la commission anti pirate en Côte d’Ivoire n’a pas manqué de se prononcer sur  la lutte anti pirate «Traquer les pirates, les faire arrêter n’est pas forcement la bonne solution. Nous avons opté pour la phase de la sensibilisation tel que voulu par le PCA du Burida. Nous y travaillons», assure t-il.

Inzah D.

 

Enzo07058354@yahoo.fr

Laissez un commentaire