Un premier concert à la salle Anoumabo du palais de la culture, c’est toujours un gros test pour les artistes. Tim et Sawako ont passé l’examen haut la main.

Samedi 15 juin, il est presque 22heures. La salle Anoumabo du Palais de la culture, qui a fait le plein, est en ébullition. Angeline, une jeune fille venue de Yopougon avec 4 de ses copines pour assister au concert de Magic Diezel laisse éclater sa joie après la chanson ‘’Maladie d’amour’’ : « Les artistes zouglou ne tapent jamais poto au Palais de la culture ! ». Pendant que Tim et Sawako lancent les premières notes du titre ‘’Allons à Gagnoa’’ pour boucler leur concert, le public est en effervescence. La salle chante en chœur la chanson mythique du groupe. En 2 heures de show nonstop, les chanteurs ont vraiment servi 12 caviars de leur répertoire aux spectateurs. Le tout habillé par une belle chorégraphie de la troupe ‘’Maoyé Ivoire’’. Les artistes ont tenu en haleine un public enthousiaste et heureux d’être le témoin privilégié de ce baptême du groupe Magic Diezel.

 

« Je dis merci à Dieu, qui a permis que tout se passe bien. La sono ne nous a pas lâché. Tout s’est passé comme nous l’avions souhaité. Certes, le groupe s’était produit çà et là à Abidjan, mais la salle Amounabo reste une salle mythique pour tout artiste en début de carrière. Les gens étaient septiques, mais je crois au talent de Magic Diezel parce que cela fait 7 ans que je suis avec eux. Et voilà, après le concert de Paris, Ils ont offert un show magique. Je suis fier de mes artistes », se réjouit Brico Gaullini, le producteur de Magic Diezel.

C’était un défi de Magic Prod 225 et la structure Younsi Groupe. Pour réussir ce pari, ils ont dû affronter de nombreuses difficultés. « Nous n’avons pas eu de cartons d’invitations pour nos invités qui ont contribué à l’émergence de la carrière de nos poulains. Plusieurs artistes ont même payé leurs tickets pour assister au concert. Et on ne savait pas quoi leur dire, parce que c’était les recommandations du président du comité d’organisation. Même pour les journalistes, sur 25 badges, nous n’en avons reçu que 6. C’est vraiment frustrant », se désole un des membres du staff de Magic Diézel. Un autre incident s’est produit : par exemple, Lago Paulin s’est vu refuser l’accès par un agent de sécurité quand il est ressorti juste pour fumer une cigarette. Malheureusement, il n’a pas suivre le reste du concert. Il est retourné chez lui.

A cela s’ajoute la grogne des artistes de l’absence d’une première partie : « Magic Diezel s’est fait connaitre par de nombreuses prestations en première partie de concerts et autres évènements. Pourquoi à leur tour, on ne donne pas l’opportunité à leurs collègues de chanter ? Je n’ai jamais vu ça ! », s’indigne un autre membre du staff. Mais pour Brico Gaullini, le producteur de Magic Diezel, cela ne dépendait pas de sa volonté, plutôt du comité d’organisation, qui a voulu innover. Toutefois, il tient à présenter ses excuses à tous les artistes frustrés par le manque de première partie. Ainsi qu’à tous ceux à qui il n’a pas pu permettre d’être au concert.

Le programme du groupe se poursuit. Après le palais de la culture, Magic Diezel se produira au stade Biaka Boda de Gagnoa avant de s’envoler pour une série de spectacles à Londres.

Charly Légende

Laissez un commentaire