2020, l’année de tous les dangers ! Même le sida n’a pas autant secoué la planète. Et depuis son invasion, le virus du corona fait marcher le monde sur la tête. Obligées de tenir les réunions par visioconférence, les institutions et autres organisations n’en sont pas moins exposées à des surprises et non des moindres.

Cette semaine, un député argentin a été suspendu dans le cadre d’une affaire très inhabituelle et qui fait beaucoup de bruit dans le pays. En effet, au cours d’une session parlementaire (en visioconférence évidemment), le député Juan Emilio Ameri a embrassé le sein de sa femme.

Bien entendu, il croyait que sa caméra était déconnectée. Malheureusement pour lui, il était toujours visible sur l’écran géant installé au Parlement, lors de la séance. Et comme une partie des députés sont toujours présents physiquement dans la salle tandis que les autres restés chez eux interviennent par vidéo, ceux qui étaient là ont été scandalisés en le voyant embrasser un sein (clair) de sa femme.

La session parlementaire a finalement été suspendue. Ce qui a fait dire au président du Parlement, Sergio Massa, « Tout au long de ces mois en télétravail nous avons vécu différentes situations où un député s’est endormi ou un autre s’est caché. Mais aujourd’hui nous avons vécu une situation qui dépasse les règles de bienséance de cette maison ».

En mai dernier, au Brésil, un conseiller s’est accidentellement retrouvé nu devant le Président brésilien Jair Bolsonaro alors qu’il participait à une visioconférence organisée par la Fédération des industries de l’État de Sao Paulo (FIESP). Il expliquera plus tard, qu’il croyait que sa caméra était coupée. Il était donc allé sous la douche et on l’a vu tout nu en train de se savonner.

En juillet, c’est Bernardo Bustillo, un conseiller municipal espagnol, qui a dû déposer sa démission suite à un malencontreux incident. En effet, lors d’une réunion en visioconférence, il a décidé de prendre une douche (lui aussi), sans se rendre compte qu’il avait oublié d’éteindre sa caméra. Résultat : Bustillo est sorti complètement nu devant ses collègues ébahis.

Ou encore cette sénatrice mexicaine qui a montré sa poitrine lors d’une vidéo-conférence et qui a été la cible de nombreux commentaires sur les réseaux sociaux. Des situations comme celles là, il y en a beaucoup depuis le confinement. Et ce n’est sans doute pas fini.

C. Simba 

 

Laissez un commentaire