« J’ai rencontré une jeune femme, un soir, dans une boîte de nuit, en Zone 4. Ce soir-là, j’étais en compagnie de collègues de service. Il nous arrivait souvent d’aller décompresser en boîte, à la descente du boulot. Quand nous sommes entrés dans la boîte ce soir-là, j’ai aussitôt flashé sur cette jeune femme qu’on a trouvée au bar. Elle me regardait avec insistance et je l’ai invitée à notre table. Sans hésiter, elle est venue s’asseoir et on a commencé à discuter. Je la trouvais sympa. A la fin de la soirée, on a échangé nos contacts. A vrai dire, ce sont mes amis qui m’ont encouragé à la draguer parce qu’ils trouvaient qu’elle m’irait bien. Il faut reconnaître que la fille était belle. Et comme le courant passait bien entre nous, je l’ai invitée une ou deux fois chez moi, à la maison. On a passé environ trois semaines à se fréquenter. Mais on n’avait jamais passé la nuit ensemble. Le jour où on devait le faire, j’ai décidé qu’on aille plutôt dans un hôtel. Je trouvais cette idée simplement géniale, parce que je me disais que ce serait beaucoup plus excitant dans un lieu pareil. En ce qui me concerne, je n’avais aucun problème de sous. Mes parents avaient le matériel. Après avoir fait mes études secondaires et supérieures en France, j’avais décroché un super job à mon arrivée ici à Abidjan. Je gagnais bien ma vie. Mais ce ne sont que des détails, sans véritable rapport avec la suite. Alors, ma dulcinée et moi avons convenu de passer la nuit dans un hôtel assez chic, avec tout ce qui va avec.

Il faut dire que je n’hésitais pas une seconde à satisfaire ses moindres caprices. Encore que ce soir-là, pour rajouter au romantisme, elle avait eu l’idée de faire monter une bouteille de champagne qu’on a vidé en regardant un film. Je ne me rappelle plus exactement certains détails de cette nuit assez singulière. J’avais l’esprit embué par l’alcool. Mais ce qui est certain, ce fut une nuit bien mouvementée. Car, on s’est bien amusé. Et le lendemain matin, je me suis réveillé complètement à poil et un peu perdu… J’ai mis quelques minutes à réaliser où j’étais. Et là, grosse surprise ! J’étais seul dans l’appartement. Aucune trace de ma chérie. Volatilisée. Je jette un œil dans la salle de bains : rien. J’ouvre les placards : rien dedans ! Je saute sur mes vêtements et constate avec effarement que mon portefeuille est vide. Mes 180 000 et quelques pièces ont disparus ! Pire, je constate que mes clefs de voiture aussi ont disparus ! Tout commence à s’enchaîner très vite dans ma tête. Paniqué, je m’habille vite fait et descends dans le hall où je tombe pile sur le réceptionniste. A son regard, je me rends compte alors à ce moment-là que je n’ai même pas eu le temps de me brosser, ni de me débarbouiller. Mais peu m’importe ! Je lui demande s’il n’a pas vu une jeune femme quitter l’hôtel ce matin. D’après la description que je lui fais, il reconnaît effectivement qu’une jeune femme, se faisant passer pour mon épouse, est sortie très tôt avec ma voiture. Elle lui aurait raconté qu’elle allait faire une course. Je suis un peu sceptique, mais soulagé quand même ! Je remonte en chambre, puis je file prendre une douche en essayant, tant bien que mal, de me remémorer ce qui s’est passé la veille. Tout de même !

En réfléchissant, je me suis dit que ma chérie aurait quand même pu me prévenir. Ou bien, elle n’avait pas voulu me réveiller, puisque je dormais ? Normalement, elle aurait pu laisser un petit mot, juste au chevet du lit. Je l’aurais vu à mon réveil. Et cela m’aurait évité cette confrontation avec le réceptionniste dans un état pareil. Tout en me savonnant, je me suis promis de la gronder un peu à son retour. Après, on ferait l’amour une dernière fois et j’irais la déposer. Tout à mon excitation, je n’ai pas vu passer l’heure. A midi, ma chérie n’avait toujours pas donné signe de vie. Alors là, à ce moment, je tente de la joindre sur son mobile. Je tombe sur sa messagerie. A plusieurs reprises. Mon cœur se met à battre follement. En plus, je ne savais même pas comment rentrer chez moi, d’autant que je n’avais plus un rond. Entretemps, je dois libérer la chambre. Toute honte bue, je descends expliquer mon sort au patron de l’hôtel. Vu mon désarroi, c’est lui qui me ramène chez moi. Pour la chambre d’hôtel, il n’y avait pas de souci. Je l’avais déjà payée la veille, heureusement. Mais une fois chez moi, impossible d’entrer puisque mes clés de maison et de voiture étaient sur le même porte-clés. J’ai dû faire appel à un serrurier pour forcer la porte. A l’intérieur, c’était l’apocalypse ! Mon téléviseur LCD (écran-plasma) et mon matériel hifi n’étaient plus là. La p… ! Elle m’avait tout volé. Même qu’elle m’a volé des CD, des DVD et des vêtements de marque ! Le pire dans tout ça, c’est que, comme il n’y a pas eu d’effraction, je ne pouvais pas être remboursé par ma compagnie d’assurance ! Vous devinez la suite… A vrai dire, je n’en revenais pas. Je n’avais jamais pensé un instant qu’une femme aurait été capable d’une arnaque aussi diabolique. La scène paraissait surréaliste et je me sentais complètement ridicule d’avoir été si bien roulé par une femme. Je suis allé immédiatement porter plainte au commissariat de police, espérant que la voleuse allait être arrêtée. Mais rien. C’était sans compter avec la nonchalance (et sans doute l’incompétence) des services publics en Afrique. Il n’y avait rien à faire ! La voleuse avait disparu dans la nature avec mes biens. Seule consolation : ma voiture a été retrouvée quelques jours plus tard, dans un quartier à la périphérie de la ville. J’ai dû accepter la situation.

Depuis lors, je suis devenu très méfiant à l’égard des femmes. De même qu’avec toutes les personnes que je ne connais pas et que je rencontre pour la première fois. Comme le dit l’adage, quand on a été mordu une fois par un serpent, on se méfie même des vers de terre !

Un lecteur

Chers lecteurs,
Un jour, un événement (heureux ou malheureux), un fait ont bouleversé le cours de notre vie, positivement ou négativement. Pour partager leur bonheur avec les autres ou pour se libérer d’un fardeau qu’ils portent depuis longtemps, certains ont décidé de se confier à Top Visages.
Vous aussi, vous pouvez nous envoyer votre histoire en nous écrivant à : confidence@topvisages.net

 

Laissez un commentaire