Accueil Musique Wara Tour 2021 : A Méagui, le préfet et le proviseur demandent...

Wara Tour 2021 : A Méagui, le préfet et le proviseur demandent une école

56
0

La caravane du Wara Tour 5 poursuit son périple. Abou Nidal et les artistes engagés dans la tournée nationale de l’excellence en milieu scolaire ont déposé leurs valises le 20 mai dans la ville de Méagui. C’est avec enthousiasme que la population, les autorités administratives, politiques, éducatives et coutumières ont salué l’arrivée de la caravane de leur localité.

Tout comme dans les deux villes précédentes, c’est au pas de course que l’initiateur de l’événement et sa délégation sont allés à la rencontre des habitants du village de ‘’Petit Béoumi’’ (à 8km de la ville), pour les sensibiliser sur le thème « Non au travail des enfants dans la cacaoculture ». Et aussi sur l’importance de se faire vacciner contre la Covid 19.

A Petit Béoumi, dès que cette mission de sensibilisation a été accomplie avec la vaccination d’un bon nombre des ressortissants, l’équipe s’est déployée dans la cour de l’EPP Terre Rouge de Méagui. C’est dans cet espace, avec plus 5000 élèves, que le Préfet Hors Grade, Attri Kouakou Jacques, a félicité le chanteur couper-décaler Abou Nidal : « Vous nous avez fait danser pendant 20 ans avec votre couper-décaler. Maintenant, vous vous engagez à célébrer l’excellence en milieu scolaire. Merci. La distinction des meilleurs élèves et étudiants, je vous y encourage », a-t-dit.

Profitant de l’occasion, l’autorité préfectorale de la région a fait une doléance : « Chaque année, la mairie construit une école de 6 classes, mais cela ne suffit pas. Méagui compte 102 000 habitants. Le Wara Tour rendrait un grand service s’il peut pallier à ce déficit d’infrastructure scolaire en construisant une école dans notre département. J’adresse ma doléance au commissaire général du Wara Tour, Abou Nidal, de mettre la ville Méagui dans son programme « une commune, une école » afin que les enfants puissent en bénéficier. Ce n’est pas aisé pour eux, parfois, ils sont 80 élèves par classe. Et, par moments, certaines classes font une double vacation. C’est tout ceci qui profite aux trafiquants en les faisant quitter des écoles de manière prématurée pour employer ces mineurs dans des mauvaises conditions pas seulement dans les plantations de cacao, mais aussi dans la maçonnerie, la ferronnerie ». Comme cela a été à chaque étape, 20 meilleurs élèves (du primaire et du secondaire) ont reçu des kits scolaires, des tablettes éducatives et des ordinateurs portables.

« Ce que je retiens de l’étape de Méagui, c’est que le travail des enfants dans la cacacoculture est un véritable fléau. Nous allons continuer de sensibiliser la population, mais l’heure est aussi à la répression et à l’arrestation des trafiquants qui utilisent ces enfants », a confié Abou Nidal qui dit avoir pris bonne note des requêtes du Préfet de région et du proviseur du Lycée Meïté Mamadou, Kato Luc, qui veut une cantine afin de permettre à ses élèves d’avoir de quoi manger parce qu’ils quittent des villages pour venir au Lycée. Et, très souvent, ils ne mangent pas toute la journée.

 

« Nous allons soumettre ces préoccupations au plus vite aux partenaires du Wara Tour et de Lion Fondation afin d’aider cette population qui s’est mobilisée massivement pour venir nous écouter. Le Wara Tour, « c’est une commune, une école ». Nous allons batailler pour une levée de fonds afin de tenir notre promesse de construction d’une école à Méagui ».

C’est par la prestation des Garagistes, Delmas des Mousseurs, Saga La Légende, Matador, Ismaël Kolbachi… que la cérémonie a pris fin. Pour ce weekend, la caravane Wara Tour sera à Soubré, le 22 mai.

Charly Légende

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici