Accueil Les News Yaoundé : Les dernières heures jusqu’à l’appel au secours de KS Bloom

Yaoundé : Les dernières heures jusqu’à l’appel au secours de KS Bloom

23100
0

Sale temps pour KS Bloom et son staff à Yaoundé. Suite à un imbroglio autour d’un concert qu’il devait donner ce week-end, son manager Elie Oyédou pourrait passer sa deuxième nuit dans les geôles de la gendarmerie. Quant au chantre, une plainte, suivie d’un avis de recherche ont été lancés contre lui.

Arrivés au Cameroun pour un concert qui devrait avoir lieu le week-end dernier, KS Bloom et son staff sont allés de surprise en surprise. Contrairement à ce qui se passe habituellement lorsqu’un artiste est invité à jouer quelque part, les organisateurs camerounais n’ont pas respecté le contrat signé, ni leurs paroles.

D’abord la conférence de presse d’avant spectacle qui constituait l’une des activités à laquelle l’artiste devait se soumettre. Mais avant tout, il devait avoir reçu la totalité de son cachet. Ce qui n’a pas été fait. A midi, l’heure fixée pour la balance, rien n’était prêt non plus. Dès lors, le chantre et son équipe ont compris que les choses allaient être plus compliquées qu’ils ne l’avaient imaginé.

Pour se rassurer, KS Bloom a téléphoné à l’une des artistes annoncés pour le concert. Cette dernière lui expliquera qu’elle ne sera pas là parce qu’elle n’a pas trouvé d’accord avec le Groupe Associatif Amour Socle de Paix, organisateur de l’événement. Un autre signe de plus qu’ils étaient embarqués dans une affaire boiteuse. Et tout cela allait se confirmer le soir lorsque, arrivés sur le lieu du concert, ils ont constaté qu’il n’y a qu’une poignée de personnes. Jouer devant ce petit public ? Oui, mais le reste du cachet d’abord.

Là aussi, impossible d’avoir le reliquat pourtant convenu dans le contrat. Mais les organisateurs, qui ne semblaient pas s’en préoccuper, exigeaient que KS Bloom monte sur scène. Face au refus des organisateurs de solder le cachet, la maison de production du chantre a opposé alors un refus catégorique : l’artiste ne monte pas sur scène si le reliquat n’est pas payé. A partir de là, les choses allaient s’accélérer dangereusement pour le chantre et son manager Elie Oyédou.

Quelques minutes plus tard, le manager a reçu une convocation de la gendarmerie qui avait déjà été saisie par les promoteurs pour vol et escroquerie suite à la non prestation de l’artiste au concert. Lorsque Elie Oyédou s’est présenté, il a été arrêté et placé en garde à vue en attentant l’arrestation du chantre.

Pendant ce temps, le pasteur de Vase d’Honneur Yaoundé, qui souhaitait que KS Bloom vienne pour une prestation dans son église, a contacté les promoteurs. Ceux-ci lui ont réclamé la somme de 1 million. Ce qui allait surprendre désagréablement le jeune chantre qui dira plus tard dans une vidéo sur sa page « Je n’ai jamais réclamé de l’argent pour passer dans une église Vase d’Honneur ». Le pasteur, qui ignorait ce qui se passait, a donné aux organisateurs une avance de 500.000 F.

Le communiqué publié par la maison de production de KS Bloom, qui explique pourquoi elle opposé son véto.

Entretemps, l’étau se resserrait sur KS Bloom. L’hôtel censé être le partenaire de l’événement lui réclamait les frais occasionnés ; toutes ses affaires ont donc été confisquées ; et il est menacé d’arrestation. Dans la nuit de dimanche, devant la dégradation de la situation, il s’est vu obligé de lancer un appel vidéo (live) aux autorités de son pays pour qu’elles lui viennent en aide et que son manager soit libéré. « Je lance un appel aux autorités ivoiriennes, je veux rentrer dans mon pays. Nos affaires sont confisquées », a-t-il dit les larmes aux yeux.
Affaire à suivre.

Charly Légende

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici